Gendarmerie en Allemagne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Mer 11 Nov - 22:38

Bonsoir tout le monde,
Comme je vois qu’il y a quelques photos sur la gendarmerie à Berlin. Permettez moi, de commencer un post sur l’Histoire avec un grand « H » de la présence gendarmique en Allemagne.                                                                                                            Certains connaissent déjà cet article, pour les autres bonne lecture.......

LA GENDARMERIE FRANCAISE EN PAYS RHENAN
1919 - 1930
L'Alsace-Moselle a été cédé par la France à la Prusse conformément au traité de Francfort de 1871, suite au traité de Versailles du 28 juin 1919, l'Alsace-Moselle est revenue à la France.

Celui-ci prévoyait aussi une présence militaire des Français, des Britanniques, des Américains et des Belges sur la rive gauche du Rhin et une partie de la rive droite à partir de janvier 1920 et pour une période de 5 à 15 ans suivant les territoires. Les Français héritaient à la fois de la plus grande des zones d’occupation qui s’agrandit encore avec le retrait rapide des États-Unis.

Le 12 octobre 1919, les VIII° et X° Armées sont dissoutes. Ce même jour, la gendarmerie de l'Armée française du Rhin est créée, à l'effectif de quatre compagnies:
1ère Cie: gendarmerie du 30° C.A., à Wiesbaden
- Arrondissements de Mayence- Wiesbaden – Gonsenheim – Kreuznach.
2ème Cie: gendarmerie du 32° C.A., à Neustadt
- Arrondissements de Landau – Spire – Kaiserslautern – Trèves.
3ème Cie: gendarmerie du 33° C.A., à Aix-la-Chapelle
- Arrondissements de Grevenbroich – Aix-la-Chapelle.
4ème Cie: gendarmerie de la Sarre à Sarrebruck
- Arrondissements de Sarrebruck – Sarrelouis.

En décembre 1919, des prisons militaires sont créées en remplacement des prisons prévôtales:
Mayence: une prison d'Armée pour 250 détenus;
Wiesbaden: une prison de Corps d'Armée pour 50 détenus;
Trèves: une prison de Corps d'Armée pour 50 détenus;
Aix-la-Chapelle: une prison de Corps d'Armée pour 50 détenus.

Le 21 février 1920, le siège de la 3ème Cie est transféré à Bonn. Les arrondissements de Bonn et de Duren sont créés, en remplacement des arrondissements de Grevenbroich et d'Aix-la-Chapelle. Une prison militaire est créée à Bonn en remplacement de celle d'Aix-la-Chapelle.
Une prison est créée à Landau le 24 février.

Le 4 avril, des tribunaux militaires de simple police sont mis en place et les tribunaux prévôtaux sont supprimés.
Le 1er juillet, la prévôté des troupes de la Sarre (4° CIE), passe sous le commandement du 6° secteur de gendarmerie de Nancy.

Le 15 avril 1921, un arrondissement de gendarmerie est créé à Düsseldorf. Le 10 décembre, la 4° Cie est créée à Mayence avec les arrondissements de Mayence et Düsseldorf. L'arrondissement de Gosenheim prend l'appellation d'arrondissement de Mayence-Campagne. Un an plus tard, le 9 octobre il devient l'arrondissement de Worms.

Les effectifs des forces occupantes dans l'Armée française du Rhin sont au nombre de 100 000 dans les territoires rhénans dans les périodes les plus calmes. Le maximum de militaires est atteint en mai 1921 lors de la première occupation de Ruhort, Düsseldorf et Duisbourg avec 250 000 soldats dont 210 000 Français.

Par la décision ministérielle du 10 octobre 1922, la gendarmerie de l'Armée française du Rhin devient un corps autonome est prend l'appellation le 1er janvier 1923 de Légion de l'Armée du Rhin.

L’année 1923 constitua un tournant de la présence militaire française en Sarre, marquée d’abord par une réorganisation de l’état-major: dans un premier temps, au mois de février, le 2e bureau, qui avait jusque-là végété au profit du « Bureau de centralisation de la Sarre », fut remis en activité, et ses missions furent clarifiées . S’ensuivit surtout, en novembre, une importante diminution de format : l’état-major fut réduit à la taille d’un état-major de brigade mixte , et divisé en deux sections : la première regroupait le 1er bureau et la section territoriale, et la seconde, les 2e et 3e bureaux. Le service des écoles et le bureau des logements furent rattachés à la place de Sarrebrück  

Le 15 janvier, l'arrondissement de Worms est supprimé et les brigades sont rattachées à l'arrondissement de Kreuznach. Le 7 février une prison est créée à Deux-Ponts (Zweibrücken).
Le 24 février, les troupes américaines évacuent la tête de pont de Coblence, ils sont remplacés par des troupes françaises. L'arrondissement de Coblence est créé (3° CIE).
Le 5 avril, une prison militaire est créée à Gemersheim.
La Légion de la Rhin est réorganisée à compter du 1er mai 1923:
1ère Cie à Wiesbaden: Arrondissements de Wiesbaden et de Kreuznach;
2ème Cie à Mayence: Arrondissements de Mayence – Landau – Spire – Kaiserslautern;
3ème Cie à Bonn: Arrondissements de Bonn – Düren – Coblence – Boppard – Trèves et Düsseldorf;
Création de la 4ème Cie dans la Ruhr.

Le 1er août, l'arrondissement de Dûren est supprimé, ses brigades sont rattachées à l'arrondissement de Bonn. Entre les mois de juillet et septembre, des pelotons mobiles sont mis en place provisoirement dans la Ruhr:
PM à cheval n° 3 – 9 – 23 – 25 – 27 – 31 – 33.
PM à pied n° 8 – 10 – 12 – 16 – 20 – 22 – 24 – 26 – 28.

Le 11 janvier 1924, la 4ème Cie est réorganisée, les prévôtés et P.M., sont détachés dans la Ruhr ainsi que l'arrondissement de Düsseldorf de la 3ème cie.
Le 15 janvier la Légion du Rhin est de nouveau réorganisée:
1ère Cie à Wiesbaden: Arrondissements de Wiesbaden – Kreuznach - Kaiserslautern;
2ème Cie à Mayence: Arrondissements de Mayence – Landau – Spire;
3ème Cie à Bonn: Arrondissements de Bonn – Coblence – Boppard – Trèves;
4ème Cie à Düsseldorf: Arrondissement de Düsseldorf, prévôtés et pelotons mobiles de la Ruhr;
les P.M à cheval n° 1 et 11, et les P.M à pied n° 6 – 14 et 18 relèvent les P.M de l'armée du Rhin qui rentrent en France: à cheval n° 3 et 9, à pied les n° 8 – 12 et 16.

Deux mois plus tard, les pelotons mobiles à cheval n° 5 – 7 – 21 – 29 – 35 - 39 et les pelotons mobiles à pied n° 2 et 32 arrivent en renfort pour remplacer les P.M à cheval 23 – 25 et 31et les P.M à pied n° 10 – 20 et 22.
Le 1er juillet les pelotons à pied N° 24 et 28 sont relevés et remplacés par des P.M à pied n° 2 bis et à cheval n° 1bis.
Le 18 août, le peloton à cheval de Marseille relève le peloton à cheval n° 33.
le 14 octobre, les pelotons à cheval n° 1 – 5 – 7 – 11 et 21 ainsi que les pelotons à pied 14 et 26 rentrent en France.

La prison militaire de Gemersheim est dissoute, le 15 novembre.
Quatre jours avant Noël 1924, les P.M à cheval n° 24 et à pied 2 – 6 et 18 rentrent en France.

Le 11 mars 1925, les pelotons n° 2 bis et 1 bis sont relevés par les pelotons 12 (à pied) et 13 (à cheval).
A compter du 15 juillet et jusqu'au 30 juillet, les territoires occupés dans la Ruhr depuis le 11 janvier 1923, sont évacués, les pelotons 4 – 12 – 16 à pied) et 13 (cheval), rentrent en France.
Le 25 août, c'est l'évacuation de la tête de pont de Düsseldorf qui est organisée. Le siège de la 4ème Cie est transféré à Kaiserslautern.
La Légion du Rhin est réorganisée:
1ère Cie à Wiesbaden: Sections de Wiesbaden – Coblence – Boppard;
2ème Cie à Mayence: Sections de Mayence – Kreuznach;
3ème Cie à Bonn: Sections de Bonn – Trèves;
4ème Cie à Kaiserslautern: Sections de Kaiserslautern - Landau – Spire.

Le 15 novembre, la prison militaire de Zweibrücken est supprmée.
Suite aux accords de Locarno du 16 octobre 1925, les Alliés évacuent la zone dite des 5ans ( tête de pont de Cologne et zone de Berlin) le 1er décembre.
L'armée britannique qui occupait la zone de Cologne, vient remplacer les troupes françaises dans la zone de Wiesbaden.
La Légion du Rhin est réorganisée:
Les sections de Wiesbaden et de Bonn sont supprimées, une prison militaire est créée à Coblence en remplacement de celle de Wiesbaden. La prison militaire de Bonn est supprimée.
1ère Cie à Coblence: Sections de Coblence – Boppard;
2ème Cie à Mayence: Sections de Mayence – Kreuznach - Worms;
3ème Cie à Trèves: Sections de Trèves – Düren, nouvellement créée;
4ème Cie à Kaiserslautern: Sections de Kaiserslautern - Landau – Spire.

Le 31 décembre, les deux derniers pelotons mobiles détachés à l'Armée du Rhin, à pied n° 36 et à cheval n° 27 sont dissous et leur personnels affectés à la légion.

Le 21 janvier 1926, des groupes mobiles, 2 à pied (Düren et Mayence) et 2 à cheval (Landau et Mayence)sont créés par prélèvement sur les brigades territoriale, afin de rentrer dans la composition des détachements mobiles de police.

Le 27 octobre 1927, l'effectif de l'armée du Rhin est réduit. L'effectif de la Légion est ramené de 18 à 16 officiers et de 430 gradés et hommes de troupes à 385. La 3ème Cie de Trèves et la section de Boppard sont supprimés.
Nouvelle réorganisation de la Légion du Rhin:
1ère Cie à Coblence: Sections de Coblence – Trèves – Düren – Kreuznach
2ème Cie à Mayence: Sections de Mayence - Worms;
3ème Cie à Kaiserslautern: Sections de Kaiserslautern - Landau – Spire.

A compter du 10 mai 1929, la surveillance de la prison militaire de Coblence est confiée à la gendarmerie.
Le 15 septembre 1929, conformément au Plan Young (conférence de La Haye), les troupes françaises commencent à évacuer la Rhénanie.
La 2ème zone d'occupation, dite zone des 10 ans, doit être évacuée immédiatement.
Les Anglais et les Belges décident de cesser l'occupation et de rapatrier leurs troupes, même la troisième zone avant le 14 décembre 1929.
la 3ème zone d'occupation, dite zone des 15 ans, doit être évacuée au cours de 1930, dès ratification du Plan Young.
Le 16, l'évacuation de la 2ème zone (Coblence) commence, jusqu'au 30 novembre, date de remise de la zone aux autorités allemandes. Le personnel des brigades repliées est répartit sur le territoire de la 3ème zone.
Le 4 novembre 1929, le 30ème C.A., et la 38ème D.I., sont dissoutes.

Le 12, les troupes anglaise quittent Wiesbaden. Le 23, le siège de Haute Commission Interalliée de Coblence est transféré à Wiesbaden. La prison de Coblence est supprimée, les détenus sont transférés sur les prisons militaires de Mayence et de Trèves. Du 20 au 30 novembre, les brigades de gendarmerie de la zone évacuée restent en place et assurent leur service jusqu'au dernier moment.
Repli des brigades de: Oberlahnstein – Bad-Ems – Diez – Montabaur – Neuwied – Andernach – Rheinbach – Ahrweiler – Cochem – Mayen – Boppard – Aix-la-Chapelle – Euxkirchen et Düren.

Le 30 novembre, les brigades de Coblence partent avec les dernières troupes.
Par suite de l'évacuation de la zone de Coblence et de la réoccupation par les Français de la zone anglaise: l'effectif de la Légion est ramené à 15 officiers et 344 sous-officiers.
La 1ère Cie est transférée de Coblence à Trèves, les sections de Coblence et Düren sont supprimées;
une section est créée à Weisbaden.
1ère Cie à Trèves: Sections de Trèves – Kreuznach
2ème Cie à Mayence: Sections de Mayence – Worms - Wiesbaden;
3ème Cie à Kaiserslautern: Sections de Kaiserslautern - Landau – Spire.

Le 10 juin 1930, les prisons militaires de Trèves et de Landau sont supprimées, les détenus sont transférés à Nancy et Strasbourg.
Le 16 juin, la 3ème Cie est dissoute, le personnel des brigades de Kaiserslautern est replié.
Le 20, le personnel des brigades de Bitburg – Prüm – Daum – Alzey – Oppenheim – Pirmassens et Kirchheimbolanden sont repliés;
La Légion de gendarmerie de l'Armée du Rhin est dissoute.
Le lendemain, c'est le retour en France du personnel des brigades de: Kim – Oberstein – Birkenfeld – Höchst – Griessheim – Gross-Gerau – Kusel – Lauterecken.
Le 22, la 1ère compagnie est dissoute, les brigades de: Simmern – Gonsenheim – Bingen – Germsheim – Ludwigshafen se replient.
Le 23, départ de la Rhénanie du personnel des birgades de : Zell – Wittlich – Bernkastel – Kastel – Bergzabern et Neustadt.
Le 24, les sections de Kreuznach – Spire et Worms, les personnels des brigades de Kreuznach – Spire – Worms et Frankenthal rentrent en France.
Le 25, les sections de Trèves et de Landau sont supprimées; les personnels de ces brigades rentrent en France.
Le 26, c'est au tour des brigades de Beurig-Saarburg et de Perl.
Le 28, la prison de de Mayence est supprimée, les détenus rejoignent Strasbourg.
Le 30 juin 1930: les territoires Rhénans sont totalement évacués. Les personnels des brigades de Mayence – Wiesbaden – Landsthul – Maximiliansau et Deux-Ponts sont les derniers à partir.



à suivre.........
Garnison36

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Mer 11 Nov - 23:01

FORCES DE GENDARMERIE FRANÇAISES EN ALLEMAGNE
1945 – 1993


L'occupation des territoires allemands par les troupes françaises entraine l'envoi des forces de gendarmerie, conformément à la D.M N° 15 614 /GEND.T du 30 mars 1945.
Ces dernières ont la composition suivante:
Etat-Major du Détachement de Gendarmerie d'Occupation;
2 Groupements dits: A et B;
4 compagnies dites : A1 – A2 – B1 – B2;
2 détachements type E (E1 – E2);
3 détachements type F (F1 – F2);
1 détachement type G;
7 détachements type H (H1 à H7);
40 détachements type I (I7 à I47)

Les personnels proviennent des Légions de Gendarmerie et des Légions de Gardes Républicaine désignées par la décision ministérielle. La mise en route a lieu à compter du mois d'avril 1945.

Etat-Major du Détachement, à Karlsruhe,
Groupement A, à Karlsruhe,
Groupement B, à Stuttgart,
Compagnie A1, à Karlsruhe,
Compagnie A2, à Karlsruhe,
Compagnie B1, à Stuttgart,
Compagnie B2, à Sigmaringen.


Par la D.M du 20 avril 1945, il est prescrit à la gendarmerie de fournir un deuxième détachement d'Occupation de l'Allemagne, la mise en route a lieu au cours des mois de mai à juillet 1945.

Le 5 mai , le siège de la Compagnie A2 passe de Karlsruhe à Friburg.

Le 7 mai, à 2 h 41, l'acte de capitulation allemande est signé à Reims. Les combats doivent cesser le 8 mai à 23 h 01.
La nouvelle est communiquée le 8 mai à 15 h 00. Les cloches de toutes les églises sonnent officiellement la fin de la guerre tandis que le général de Gaulle en fait l'annonce radiophonique. La population laisse éclater sa joie.
Le 8 mai après-midi et le 9 mai sont déclarés exceptionnellement fériés. La foule envahit les rues, entonnant la "Marseillaise" et des chants patriotiques.
Ce 8 mai, c'est aussi la date du début des massacres de Sétif, Guelma et Kherrata, qui sont des répressions sanglantes d'émeutes nationalistes qui sont survenues en 1945 dans le département de Constantine, en Algérie française.

Le lendemain, 9 mai, à 0 h 16, la capitulation générale est signée à Berlin. Les Soviétiques, maîtres de la ville depuis le 2 mai, estiment, en effet, que la capitulation de Reims n'est qu'un acte préliminaire. La France, signataire aux côtés des Alliés de ces deux actes, est représentée à Reims par le général Sevez, à Berlin par le général de Lattre de Tassigny. La reddition sans conditions de l'Allemagne nazie met fin en Europe à un conflit de six ans qui a fait plusieurs dizaines de millions de morts.


Le 9 juin, le siège de la Compagnie B2 est transféré à Ravensburg, elle sera supprimée le 28 juillet de la même année. Une partie du personnel va constituer la Compagnie dite d'Autriche.
La Compagnie de Coblence de la Légion Nord prend l'appellation de « Compagnie de Coblence-Trèves ».

A compter du 1er septembre 1945, les légions du Nord et du Sud prennent respectivement l'appellation de:
1ère Légion de Gendarmerie d'Occupation à Neustadt, (Rhénanie-Palatinat et Sarre);
2ème Légion de Gendarmerie d'Occupation à Freudenstadt, (Bade-Wurtemberg)

Le 1er octobre 1945, le Commandement des Forces de Gendarmerie d'Occupation est créé.


La 1ère Légion de Gendarmerie d'Occupation.

Le 1er septembre 1945, la 1ère Légion de Gendarmerie d'Occupation est créée.

Organigramme:
Détachement de gendarmerie d'Occupation.
État-major de la 1ère Légion à Neustadt,
Compagnie de Coblence-Trèves:
- Sections de Coblence – Montabaur – Btburg – Trèves.
Compagnie de Palatinat à Neustadt;
- Sections de Neustadt – Kaiserslautern – Bad-Kreuznach.
Détachement de la Sarre, à Sarrebruck

La Compagnie de Coblence-Trèves devient la Compagnie des « Provinces Rhénanes ».

Le 15 avril 1946, les « Provinces Rhénanes » passent sous le commandement de la 3ème Légion de Gendarmerie d'Occupation, nouvellement créée. Un Groupe d'Escadrons Mobiles à 3 escadrons (Neustadt – Bad-Kreuznach – Hombourg ) est créé, un mois plus tard, ils prennent la dénomination n° 1, 2 et 3.

A compter du 25 janvier 1947, la Compagnie de Mayence passe à la 3ème Légion d'Occupation. La section de Worms est supprimée. La 1ère Légion de Gendarmerie d'Occupation ne comprend plus qu'une compagnie de gendarmerie territoriale.
Neustadt et 3 Escadrons Mobiles.

Le 25 avril, l'Escadron Mobile n°2 stationné à Bad-Kreuznach s'installe à Sprendlingen. La section de Ludwigshafen est créée le 15 mai.
Le 22 décembre l'Escadron Mobile n°3 stationné à Hombourg s'installe à Alzey.
Le 1er février 1948, la 1ère Légion de Gendarmerie d'Occupation est dissoute. La Compagnie de Neustadt prend la dénomination de « Compagnie Autonome du Palatinat à Neustadt (rattachée administrativement à la 1ère Légion de Gendarmerie d'Intervention.
Les escadron mobiles n° 1, 2 et 3 sont rattachés à la 1ère Légion d’Intervention.


1ÈRE LÉGION GENDARMERIE D’OCCUPATION. (Fabrication d'Allemagne).
Écu français moderne en laiton doré et peint: taillé de bleu à gauche et de noir à droite. Brochant sur une épée d'or, pointe en bas, et dont la garde dépasse le haut de l'écu, petit écu noir à un lion dressé et couronné d'or. En chef, dans un cartouche, l'inscription « 1° LEGION GENDARMERIE D'OCCUPATION », en lettres d'or sur fond noir.

à suivre.................

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Jeu 12 Nov - 21:59

La 2ème Légion de Gendarmerie d'Occupation.

Le 1er septembre 1945, la 2ème légion de Gendarmerie d'Occupation est créée.
A compter du 15 avril 1946, suite à la mise en place progressive de la 4ème Légion de Gendarmerie d'Occupation qui recevra son autonomie de commandement le 1er mai 1946, la 2ème Légion de Gendarmerie d'Occupation perd toutes les unités de la province du Würtemberg.
La légion ne comporte plus que deux compagnies territoriales: Fribourg et Constance (P.C.; provisoirement installé à Rottweil, le P.C définitif devant être Constance.
D'autre part, les modifications suivantes ont été apportées:
a) la section de Lorrach est passée de la Compagnie de Friburg à celle de Constance;
b) les sections d'Offenbourg et de Donaueschingen sont créées.

Le 1er mai, la section de Lorrach est de nouveau rattachée à la Compagnie de Fribourg – la compagnie territoriale de Baden-Baden (une section et un escadron dits de sécurité) est créée.
Une section est créée à Waldshut (Cie de Constance), le 10 mai.
Le 15, un Groupe d'Escadrons mobiles à trois escadrons est mis en place: Baden-Baden – Fribourg – Waldshut.

Une section est créée à Kehl (Compagnie de Baden-Baden) le 20 mai 1947.
Le 20 septembre, l'Escadron mobile n°5 stationné à Friburg s'installe à Waldkirch.
Le 29, la section de Lorrach repasse à la compagnie de Constance.
La section de Donaueschingen passe à la Compagnie de Friburg, la brigade de Blumberg reste à la Compagnie de Constance et est rattachée à la section de Constance.

A compter du 15 février 1948, en application de la D.M. 1665 EMA/3.0 du 2 février les escadrons:

n° 4 – Baden-Baden;
n° 5 – Waldkirch;
n° 6 – Waldshut;
sont réorganisés.
Un peloton de l'Escadron de Baden-Baden et deux pelotons de ceux de Waldkirch et Waldshut sont transférés pour constituer les escadrons:

4/1 Ter à Drancy et Rosny-sous-Bois.
8/1 ter à Pont-Yblon et Blanc-Mesnil.
Les pelotons restants de Baden-baden et Waldshut demeurent rattachés à la 2ème Légion de Gendarmerie d'Occupation.
Celui de Waldshut prend la dénomination d'Escadron n° 5.
celui de Waldkirch passe à la 3ème L.G.R de Lorrach.
Implantation d'un nouvel escadron à Rheinfelden (Escadron n° 3 de la 2ème Légion de gendarmerie d'Occupation).

Le 1er juin 1948, la section de Kehl prend la dénomination de section de Renchen.

Le 1er février 1949, la 2ème légion est réorganisée. Les escadrons n° 3 à Rheinfelden, n° 5 de Waldshut sont dissous et le n° 4 à Baden-Baden devient Escadron de Sécurité n° 2.
la section de Waldshut est dissoute.
Suite à la dissolution de la 4ème Légion d'occupation, le territoire sur lequel elle était implantée (sauf la section de Lindau rattachée à la Compagnie de Constance) forme la Compagnie de Reutlingen.

Le décret n° 49.36 du 10 janvier 1949, crée le Commandement des Forces de Gendarmerie Nationale en Allemagne. L'appellation «  Commandement des Forces de Gendarmerie d'Occupation «  disparaît à compter du 15 mars.

Le 1er décembre, les sections de Renchen et Ravensbourg sont supprimées, leurs brigades sont rattachées respectivement aux sections de Baden-Baden et Lindau.
La section de Lindau est rattachée à la Compagnie de Reutlingen. L'Escadron de sécurité n°2 de Baden-Baden est dissout.

Le 1er juillet 1952, le Commandement des Forces de Gendarmerie Nationale en Allemagne (CFGNA) prend l'appellation de: Commandement des Forces de Gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne (CFG-FFA).

La 2ème Légion de Gendarmerie d'Occupation devient la 2ème Légion de Gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne.
Elle comprend trois Escadrons Prévôtaux, chaque Escadron Prévôtal comprend:
1 PHR;
1 peloton de police judiciaire;
3 pelotons Prévôtaux;
un nombre variable de brigades dites rattachées.
La Compagnie de Reutlingen est dissoute.

Nouvel organigramme:
Escadron Prévôtal n° 1:
- PHR
- PPJ
- PP n° 2 , stationnés à Friburg;
- PP n° 1 à Offenburg;
- PP n° 3 à Lorrach;
- Brigades frontières (Franco-Allemande) : Vieux-Brisach – Mullheim – Weil.
Escadron Prévôtal n° 4:
- PHR
- PP n° 3 , stationnés à Constance;
- PPJ à Rottweil;
- PP n° 1 à Tubingen;
- PP n° 2 à Donaueschingen;
- Brigades rattachées de: Sigmaringen – Reutlingen – Ravensburg – Munsingen;
- Brigades frontières (Germano-Suisse): Singen – Lindau.
Escadron Prévôtal n° 7:
- PHR
- PPJ
- PP n° 1
- PP n° 2, stationnés à Baden-Baden;
- PP n° 3 à Kehl;
- Brigades rattachées: Freudenstadt;
- Brigades frontières (Franco-Allemande): Rastatt – Kehl;
- fichier Central des Recherches à Baden-Baden.


A compter du 1er juin 1955, la 2ème Légion est réorganisée:

Nouvel organigramme:
Escadron Prévôtal n° 1 à Fribourg;
Escadron Prévôtal n° 4 à Tubingen;
Escadron Prévôtal n° 7 à Constance;
Escadron Prévôtal n° 8 à Baden-Dos;
Escadron Prévôtal n° 9 à Offenbourg.

Le 1er août 1956, l'Escadron Prévôtal n° 4 de Tubingen est dissout, les effcetifs et la circonscription territoriales de cette unité sont absorbés par l'Escadron Prévôtal n° 7.

Le 1er février 1957, suite à la dissolution de la 3ème Légion de Gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne, réorganisation de la 2ème Légion de Gendarmerie.
Les escadrons prévôtaux n° 2 ( Coblence), n° 5 (Landau) et n° 6 (Trèves) sont rattachés à la 2ème Légion de Gendarmerie.

Le 10 juillet 1957, dissolution de l'Escadron Prévôtal n° 2 à Coblence. Les postes de gendarmerie de Coblence et de Bad-Godesberg sont rattachés à l'Escadron Prévôtal n° 6 et le poste de Mayence à l'Escadron Prévôtal n° 5.

A partir du 15 juillet 1960, les escadrons prévôtaux changent d'appellation et deviennent « Détachements Prévôtaux ».
le Détachement Prévôtal n° 3 à Tubingen est mis en place avec des postes prélevés sur les détachements prévôtaux n°7 et 9.

Le 30 septembre 1968, conformément à décision ministérielle n° 33.950 du 13 août 1968, la 2ème Légion de Gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne est dissoute.
Au 1er octobre 1968, création du Groupement des Prévôtés:
de la zone Nord,
de la zone Sud et du secteur centre.

NOTA: Des unités ont été constituées à partir d'éléments de cette Légion pour le maintien de l'ordre en Algérie.



2ème LEGION DE GENDARMERIE D'OCCUPATION à Fribourg. Type I.
Homologué le 08 mai 1945 sous la référence T.29 (Fabrication Allemande)

Description :
Écu allemand moderne en laiton doré et peint: tranché de noir à gauche et de bleu à droite. En cœur, chiffre « 2 » blanc brochant sur une épée d'or posée en pal.
Au quartier deux du chef, écu aux couleurs du Pays de Bade : jaune à bande de gueules.

Cet insigne fut porté de 1945 à 1948.


2ème LEGION DE GENDARMERIE D'OCCUPATION. Type II.
(Fabrication DRAGO)
Description:
Écu allongé en métal doré et émaillé parti d'azur à dextre et de sable à senestre. En cœur, brochant sur une épée d'or posée en pal, écu d'or à bande rouge - couleurs du Pays de Bade – chargé d'écu de sable et d'azur timbré du chiffre « 2 » d'or.
En chef, sur une banderole argent, l'inscription « GENDARMERIE T.O.A. » en relief.
Cet insigne fut porté de 1948 à 1949.


2ème LÉGION DE GENDARMERIE D'OCCUPATION – Type III
(Fabrication ARTHUS BERTRAND et DRAGO)
Homologué le 24 avril 1948 sous la référence: H634
Description :
Sur un plateau argenté, écu doré et émaillé à une bande de gueules chargée d'un écu d'azur au chiffre 2 d'or.
Cet insigne fut celui de:
2ème Légion de gendarmerie des F.F.A. jusqu'au 1er septembre 1968.
Groupement de Gendarmerie de Fribourg de 1968 à 1971.
groupement des Prévôtés de la Zône Sud et du Secteur Centre depuis 1971.

à suivre..........

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Mar 17 Nov - 0:01

La 3ème Légion de Gendarmerie d'Occupation.

La 3ème Légion de Gendarmerie d'Occupation est créée le 16 mars 1946, son autonomie de commandement arrive le 1er mai, et son autonomie administrative prend effet le 1er juillet.
Elle est constituée par l'absorption de la Compagnie des Provinces Rhénanes et la création de la Compagnie de Trêves.

Le 15 mai 1946, un Groupe d'Escadrons Mobiles à 3 escadrons est créé:
Esc n°7, à Bad-Ems,
Esc n°8, à Simmern,
Esc n°9, à Hermeskeil.

1947 - La Compagnie et la section de Mayence, précédemment à la 1ère Légion de Gendarmerie d'Occupation, sont rattachées à la 3ème Légion. La section de Bad-Kreuznach est insérée à la Compagnie de Mayence.

A compter du 15 février 1948, en application de la D.M. 1665 EMA/3.0 du 2 février les escadrons sont réorganisés:
Escadron Prévôtal n° 2 à Coblence - 1 Chef d'Escadron (CDU) et 1 officier adjoint.
P.H.R., stationné à Coblence.
P.P.J et P.P., à Niederlahnstein.
P1 stationné à Simmern.
P2 stationné à Coblence.
P3 stationné à Andernach;
5 brigades rattachées: Cochem – Saint-Goar – Mayen – Bad-Neuenahr – Rolandaseck.

Escadron Prévôtal n°3 à Wetzlar (zone U.S.) - 1 lieutenant (CDU) et 1 lieutenant officier adjoint.
P.H.R., stationné à Westlar.
P.P.J et P.P., à Wetzlar.
P1, à Diez.
P2, à Marburg-Fritzlar (zone U.S.)
P3, à Bad-Ems.

Escadron Prévôtal n° 5 à Neustadt – 1 Chef d'Escadron (CDU) et 1 capitaine adjoint.
P.H.R., à Neustdat.
P.P.J et P.P., à Neustadt et Landau.
P1 – P2 – P3, à Frankenthal.
12 brigades rattachées: Mayence – Bad-Kreuznach – Baumholder – Kaiserslautern – Spire – Pforzheim – Birkenfeld – Kusel – Hautstuhl – Deux-Ponts – Schweigen – Maximiliansau.

Escadron Prévôtal n° 6 à Trêves – 1 capitaine (CDU) et 1 capitaine adjoint.
P.H.R., stationné à Trêves.
P.P.J et P.P., stationnés à Trêves.
P1, stationné à Saarburg.
P2 – P3, stationnés à Trêves.
7 brigades rattachées: Bitburg – Daun – Hermeskeil – Igel – Irrel – Schonecken – Wittlich.

Le 1er février 1949, la Compagnie Autonome du Palatinat est rattachée à la 3ème Légion, la Compagnie de Mayence, les sections de Wittlich – Hachenburg – Pirmassens – Ludwigshafen – Landau et l'escadron Mobile n° 6 de Bad-Ems sont dissous.
La 3ème Légion de Gendarmerie d'Occupation ne comprend plus que des unités territoriales à savoir:
État-major Légion à Bad-Ems;
3 Compagnies: Neustadt – Trêves – Coblence.
7 sections: Neustadt – Mayence – Kaiserslautern – Trêves – Schonecken – Coblence – Montabaur.
Et 75 brigades.

Le 1er septembre 1950, la section de gendarmerie de Schonencken est transférée à Wittlich.

L'État-major de la compagnie de Neustadt et les sections de Neustadt et de Kaiserslautern sont dissoutes.

Le 1er juillet 1952, la 3ème Légion de Gendarmerie d'Occupation devient la 3ème Légion de Gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne.
Les compagnies prennent l'appellation d'Escadrons Prévôtaux. L'Escadron de Neustadt devient l'Escadron Prévôtal n°5.
La brigade de Neustadt est dissoute, son personnel est affecté au Peloton de Police Judiciaire et à la Prison Prévôtale à Neustadt.

Le 1er avril 1955, l'Escadron Prévôtal de Neustadt passe à Landau.
Nouvel organigramme:
3ème Légion de Gendarmerie des F.F.A.
Escadron Prévôtal n°5 à Landau,
Peloton de PJ et prison Prévôtale,
Poste détaché de PJ et Prison Prévôtale de Neustadt.

L'effectif théorique de la 3ème Légion de Gendarmerie des F.F.A., qui était de 816 gradés et gendarmes passe à 705.

le 1er juin dans le cadre de la réorganisation les brigades de Cochem – Simmern – Daun et Schonecken sont dissoutes.
Un mois plus tard, c'est au tour des brigades de Ludwigshaffen – Bad-Kreuznach – Andernach – Igel – Hermeskeil.

Le 15 juillet, le Détachement de Gendarmerie du haut-Commissaire de la République Française en Allemagne est dissout. Il est remplacé par le Poste de Sécurité de l'Ambassadeur (Effectif: 1 adjudant-chef – 2 chefs et 17 gendarmes).

Le 20 mars 1956, le 3ème Peloton de l'Escadron Prévôtal n°2 stationné à Bad-Neuenahr est rattaché à l'Escadron n°3. Le 3ème peloton de l'ESC Prévôtal n°3 est rattaché à l'Escadron Prévôtal n°2.

Le 1er août 1956, cette dernière unité prend l'appellation de Poste Prévôtale détaché de Neustadt, ce poste fait partie du 2ème Peloton prévôtal de l'escadron.

Le 31 janvier 1957, la 3ème Légion de Gendarmerie des F.F.A., est dissoute. Les escadrons Prévôtaux n°2 - 5 – 6 sont rattachés à la 2ème Légion de Gendarmerie des F.F.A., à compter du 1er février. Toutes les unités excédentaires: État-major Légion – Poste frontières – Postes de camp et Escadron Prévôtal n°3 sont dissous.

Des unités ont été constituées à partir d'éléments de cette Légion pour la force « A » (AMILCAR) en Égypte et le maintien de l'ordre en Algérie.


3ème LEGION DE GENDARMERIE D'OCCUPATION à BAD EMS
TYPE I. (Fabrication Allemande de KLEIN und QUENZER)
Description: Écu suisse en métal doré et émaillé, taillé de sable à dextre et d'azur à senestre. Au centre, grenade d'argent brochant sur une croix de Lorraine d'or.
En chef, les noms « RHENANIE HESSE NASSAU ».
En pointe, le chiffre « 3 » d'émail blanc.
Cet insigne a été porté de 1946 à 1947.



3ème LEGION DE GENDARMERIE D'OCCUPATION – type II.
Homologué le 12 décembre 1948 sous la référence : H629
(Fabrication DRAGO)
Description :
Écu en métal doré et émaillé brochant sur une épée, pointe en bas, à garde d'or et lame d'argent.
au 1 : Armes du Land de Hesse, d'azur chargé d'un lion couronné et armé, fascé d'argent et de gueules.
au 2 : Armes du Land de Rhénanie-Palatinat, d'azur chargé d'un lion d'or couronné et armé.
En pointe, d'azur à une grenade d'argent timbrée du chiffre « 3 » sur la bombe. En bordure, les mots « 3ème LEGION DE GENDARMERIE HESSE-NASSAU-RHENANIE » en lettes d'or sur fond de sable.
Cet insigne a été porté de 1948 à 1949.



3ème LEGION DE GENDARMERIE D'OCCUPATION – type III.
(Fabrication ARTHUS BERTRAND et DRAGO)
Sur plateau argenté, écu émaillé reprenant les meubles de l'insigne du type II.
au 1 : Armes du Land de Hesse, d'azur chargé d'un lion couronné et armé, fascé d'argent et de gueules.
au 2 : Armes du Land de Rhénanie-Palatinat, d'azur chargé d'un lion d'or couronné et armé.
En pointe, d'azur à une grenade d'argent timbrée du chiffre « 3 » sur la bombe.

Cet insigne, qui avait conservé l'homologation H.629, a été porté jusqu'en 1968, époque à laquelle la 3ème Légion de Gendarmerie des F.F.A., a été dissoute.
Groupement de Gendarmerie de Trêves de 1968 à 1971.
Pendant toute la durée de son existence, ce Groupement à porté officieusement l'ancien insigne de la 3ème Légion dissoute.
Groupement des Prévôtés de la Zône Nord, depuis 1971.
Ce Groupement a repris – officiellement – à son compte l'ancien insigne de la 3ème Légion dont il est héritier.

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Mar 17 Nov - 0:05

La 4ème Légion de Gendarmerie d'Occupation.

La 4ème Légion de Gendarmerie d'Occupation est créée le 16 mars 1946, son autonomie de commandement arrive le 1er mai, et son autonomie administrative prend effet le 1er juillet.

État-major à Reutlingen.
Compagnie de Metzingen, qui comprend les sections de Calw – Reutlingen – Rottweil.
Compagnie de Ravensburg, qui comprend les sections de Ravensburg et Saulgau.
Groupe d'Esacdrons Mobiles à Reutlingen, qui comprend les escadrons Mobiles:
n° 10, à Balingen.
n° 11, à Oberndorf.
n° 12, à Ochsenhausen.
Le 1er août 1947, la section de Gendarmerie de Lindau est créée et rattachée à la Compagnie de Ravensburg.
La surveillance de la frontière, la section de Lindau est rattachée à la Compagnie de Constance, à compter du 1er octobre.

Le 15 février, en application de la D.M. 1665 EMA/3.0 du 2 février les escadrons sont réorganisés:
n° 10, à Balingen.
n° 11, à Oberndorf.
n° 12, à Ochsenhausen.

Deux pelotons de chaque escadrons renforcés chacun par un Peloton de Gendarmerie territoriale, sont transférés pour constituer respectivement:

l'Escadron 6/6 à Baccarat.
l'Escadron 7/6 à Stenay.
L'Escadron 7/9 à Pont Saint-Esprit (provisoirement à Grasse).

Les pelotons restants de Balingen et Ochsenhausen prennent la dénomination d'Escadron n° 7 et 8 restent rattachés à la 4ème Légion de Gendarmerie d'Occupation.
Celui de l'Escadron d'Oberndorff passe à la 3ème Légion de Garde Républicaine à Lorrach.

Au total, il subsiste donc 28 brigades territoriales sur l'ensemble du territoire de la légion:
20 brigades territoriales.
7 brigades frontières.
1 brigade de zone.

Le 1er février 1949, la 4ème légion de Gendarmerie d'Occupation. Celle-ci entraine la dissolution de:

l'État-major Compagnie de Ravensburg,
l'État-major Sections de calw et de Saulgau,
Escadrons Mobiles n° 7 à Balingen et n°8 à Ochsenhausen.

Les unités restantes sont absorbées par la 2ème Légion de Gendarmerie d'Occupation;


4ème LEGION DE GENDARMERIE D'OCCUPATION à NEUSTADT.
Type I. (Fabrication Allemande)
Insigne homologué en 1945, sous la référence T.29 en même temps et sous le même numéro que celui de la 2ème L.G.O.

Écu français moderne en métal argenté et peint. En cœur, brochant sur une épée d'argent, pointe en bas, écu aux Armes de l'ancien royaume de Wurtemberg : sur un fond jaune, trois bois de cerf d'argent à gauche et trois lions d'argent à droite disposés symétriquement. Fond d'écu tranché de bleu à gauche et de noir à droite, portant en chef le chiffre « 4 » et les mots « LEGION GENDie OCCUP » disposés sur trois lignes en lettres d'argent.
Cet insigne a été porté de 1945 à 1947.


4ème LEGION DE GENDARMERIE D'OCCUPATION. Type II.
(Fabrication Allemande)
Insigne homologué le 12 décembre 1947, sous la référence : H.588.

Description :
Écu français. En cœur, brochant sur une épée d'argent, pointe en bas, écu aux Armes du Land de Wurtemberg : écartelé, portant au 1 et au 4, trois bois de cerf d'argent sur fond jaune et au 2 et au 3, quatre bandes disposées horizontalement et alternées de sable et de gueules. Fond d'écu tranché d'azur à dextre et de sable à senestre, au quartier 2 du chef le chiffre « 4 » d'argent.
Cet insigne a été porté de 1947 à 1949.

à suivre.....

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par gendtrad le Mer 18 Nov - 11:37

Enorme merci Garnison36 pour cette abondante et précise documentation fouillée ! Very Happy

gendtrad

Messages : 17
Date d'inscription : 06/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Mer 18 Nov - 23:49

LES LÉGIONS DE GENDARMERIE D'INTERVENTION.

La décision ministérielle du 16 mars 1946, crée les 1ère et 2ème Légion de gendarmerie d'intervention.
1ère Légion à Worms et à Frankenthal:
E.M à Worms (quartier de la police);
E.H.R.
1er Escadron (reconnaissance) ZuckerFabrick à Frankenthal;
2ème Escadron (chars);
3ème Escadron (porté) (ex-quartier Kemmel à Worms);
4ème Escadron (porté) usines K.K.K et K.S.D à Frankenthal.

2ème légion d'Intervention est installée dans la région de Lorrach:
P.C. E.M à Lorrach;
P.C. Escadron Rheinfelden – Shopfheim-Zell – Kandern.

A compter du 1er octobre, les deux légions prennent leur autonomie administrative;


LA 1ÈRE LÉGION DE GENDARMERIE D'INTERVENTION.

Le 9 août 1947, les Escadrons Portés et Hors-Rang sont supprimés. Cependant l'EHR rattaché à l'État-major, continuera d'administrer le personnel et de suivre les matériels de la Légion sous l'appellation de Quartier État-major.

Le 15 octobre, l'Escadron Mobile n°15 est créé à Baden-Baden afin d'assurer la garde de la résidence du Général, commandnat en chef français en Allemagne. Cette unité est rattachée à la 1ère Légion de gendarmerie d'Intervention.

Par suite de nouvelle organisation (suppression de la 1ère Légion de Gendarmerie d'Occupation, de nouvelles unités de Garde Républicaines sont créées en métropole, rattachement d'autres escadrons.


Le 13 février 1948, la 1ère Légion d'Intervention est réorganisée.
Etat-Major à Worms.
Escadron de chars à Worms.
Escadron de reconnaissance n°1 à Frankenthal.
Escadron de reconnaissance n° 2 à Nierstein.
Escadron porté n° 1 à Frankenthal.
Escadron porté n° 2 à Alzey.
Unités n'appartenant pas organiquement à la 1ère Légion d'Intervention:
Escadron mobile de Neustadt.
Escadron mobile de Sprendlingen.
Unités administrées seulement par la 1ère Légion d'Intervention:
Compagnie Autonome de Gendarmerie du Palatinat à Neustadt.

Le 15 février, l'escadron mobile n° 15 de Baden-Baden est dissout, ainsi que la 2ème Légion de Gendarmerie d'Intervention

l'Escadron de reconnaissance n°2 stationné à Nierstein prend l'appellation d'escadron mobile n°3 et rejoint sa nouvelle résidence à Waldshut.

Le 10 mai l'Escadron mobile n°1 de Neustadt s'installe à Hassloch. L'Escadron Mobile n°2 de Sprendlingen s'installe à Trabentrarbach, le 1er février 1949.

A compter du 1er janvier 1950, l'escadron de reconnaissance n°1 stationné à Frankenthal est dissout. Par suite de la diminution des effectifs, la Légion est réorganisée:

ÉTAT-Major Légion à Worms,
Le quartier État-major à Worms prend l'appellation officielle d'escadron de commandement et des services,
L'Escadron Mobile n°1 à Hassloch devient l'Escadron Mixte n°1,
L'Escadron Mobile n°2 à Traben-Trarbach devient l'Escadron Mixte n°2,
L'Escadron Mobile n°3 à Waldshut devient l'Escadron Mixte n°3,
L'Escadron Porté n°1 à Frankenthal devient l'Escadron Mixte n°4,
L'Escadron Porté n° 2 à Alzey devient l'Escadron Mixte n°5,
L'Escadron de Chars implanté à Worms ne change pas.


Le 6 octobre, l'escadron de chers s'installe définitivement à Frankenthal.

Le 30 mars 1951, l'État-major de la Légion et son escadron de commandement et des services quittent Worms qpour s'installer à Mayence (Gonsenheim). L'escadron mixte n°4, précédemment à Frankenthal s'installe à Gonsenheim près de Mayence.
L'escadron mixte n°3, s'installe à Bad-Ems.

En 1952, l'escadron de chars prend ses quartiers à Mayence-Hechtsheim.
1953 - L'escadron Mixte n°1 d'Assloch est transféré à Mayence, avant de s'installé à Mayence-Hechtsheim le 17 mars 1955.

Le 20 MAI 1955, l'État-major et les escadrons mixte n° 1 – 2 – 3 – 4 et 5 sont mis à la disposition du Général, commandant la 10ème Région Militaire pour une longue période et font mouvement sur l'Afrique du Nord. Le 6 juin s'est au tour de l'escadron de chars de prendre la même destination.
La Décision ministérielle n° 36.439 du 10 octobre 1955, précise que ses unités seront dissoutes lors du rapatriement en métropole.

13 décembre 1955: - Dissolution des escadrons mixtes n° 3 et 5.
17 janvier 1956: - Dissolution de l'Escadron mixte n°1.
19 janvier 1956: - Dissolution de l'escadron Mixte n°4.
28 février 1956: - Dissolution de l'escadron de chars.
3 mars 1956: - La 1ère Légion de Gendarmerie d'intervention, l'Escadron de Commandement et des Services et l'Escadron Mixte n°2 sont dissous.



1ère Légion Gendarmerie d’Intervention, type I. Insigne non homologué. (Fabrication KLEIN und QUENZER)
Écu monobloc doré et émaillé, taillé bleu et noir. Brochant sur deux canons d'or, heaume empanaché du même. Épée à garde d'or et lame d'argent posée en pal. Sigle « 1 L.G.I » d'argent.


1ère Légion Gendarmerie d’Intervention, type II. Insigne non homologué. (Fabrication DRAGO)
Sur un plateau doré, écu émaillé, taillé bleu et noir. Canons croisés et heaume d'or. Épée et sigle d’argent.


La 2ème LÉGION DE GENDARMERIE D'INTERVENTION.

Le 1er octobre 1946, une fois que la 2ème Légion a pris son autonomie administrative, elle se réorganise:
État-major à Lorrach;
Escadron Hors Rang à Lorrach;
Escadron de chars à Lorrach;
Escadron de Reconnaissance à Schopfheim;
2 escadrons portés: à Rheinfelden et à Steinen.

A partir du 28 oût 1947, l'Escadron Hors Rang et l'Escadron porté à Steinen sont dissous.

Le 15 février 1948, la 2ème Légion de Gendarmerie d'Intervention est dissoute, à la même date la 3ème Légion de Garde Républicaine voit le jour, elle est implantée provisoirement en Allemagne.
État-major de la Légion à Lorrach,

État-major du 1er Groupe à Lorrach,
1er et 2ème Escadron à Lorrach,
3ème Escadron à Waldkirch,
4ème Esacdron à Oberndorf,
5ème Escadron à Horb.

État-major du 2ème Groupe à Traben-Trarbach,
6ème Escadron à Hermeskeil,
7ème Escadron à Traben-Trarbach,
8ème Escadron à Simmern,
9ème Escadron à Achern.

Le 31 décembre 1948, la 3ème Légion de Garde Républicaine en Occupation est dissoute, elle sera reformée en métropole le 1er janvier 1949.


2ème Légion de Gendarmerie d'Intervention.
Insigne homologué en 1947, sous le numéro H.552. (Fabrication DRAGO).

Description: sur un fond rectangulaire en métal doré et émaillé, tranché de noir à gauche et de bleu à droite, bordé de part et d'autre d'un faisceau rouge, char d'argent timbré d'une grenade d'or brochant sur une épée d'argent.
En relief, chiffre « 2 » d’argent.  


à suivre...........

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Mer 18 Nov - 23:51

LE DETACHEMENT DE GENDARMERIE DE LA SARRE.

Par ordre d'opération n° 9 en date du 22 mars 1945 de la 21ème Région, un détachement de 60 gradés et gendarmes, porté ultérieurement à 120, est mis à la disposition du colonel commandant la zone avant en vue de la pénétration des troupes françaises en Sarre et de l'installation immédiate en ce territoire d'une force de gendarmerie française. Le capitaine HETTINGER est à la tête du détachement.

Le 1er septembre, le détachement de Gendarmerie est rattaché à la 1ère Légion de Gendarmerie d'Occupation en exécution de la décision ministérielle n° 41594 du 31 juillet 1945.

Poste de Mettlach: – 1 voiture touriste et 1 moto solo.
Poste de Sarrelouis: - 1 camionnette.
Poste de Buss: - 1 voiture touriste.
Poste de Sarrebrück: - 1 voiture touriste – 1 moto + 1 moto (dotation de la 21ème Légion).
Poste de Sarrebruck-Ouest: - 1 moto.
Poste de Saint-Ingbert: - 1 camionnette – 1 voiture touriste 202 – 1 car Peugeot.
Poste de Neunkirchen: - 2 voitures touristes – 1 moto.
Poste de Maybach: - 1 voiture touriste.
Poste de Dechen: - 1 voiture touriste.
Poste de Hombourg: - 3 voitures touristes.
Poste de Kaiserslautern: - 1 voiture touriste;
Poste de Blieskastel: - 1 vélomoteur;


Le 15 avril 1946, le détachement de la Sarre prend l'appellation de « Compagnie de Gendarmerie de la Sarre ».
La Compagnie de la Sarre comprend trois sections:
Sarrebrück.
Saint-Ingbert.
Sarrelouis.

A compter du 29 avril, la Compagnie de la Sarre est réorganisée:
État-major Compagnie à Sarrebrück.
Section de Sarrebrück.
Brigades de:
- Sarrebrück-Ville.
- Heusweiler.
- Sulzbach.
- Völklingen.
- Lauterbach-Frontière.
- Ludweiler-Frontière.
- Sarrebrück-Frontière.
- Gudingen.
- Section de Saint-Ingbert.
Brigades de:
- Saint-Ingbert.
- Ottweiler.
- Tholey.
- Neunkirchen.
- Saint-Wendel.
- Blieskastel.
- Gersheim.
- Hombourg.
Section de Sarrelouis.
Brigades de:
- Sarrelouis-Ville.
- Sarrelouis-Campagne.
- Merzig.
- Lebach.
- Hilbringen-Frontière.
- Ittersdorf-Frontière.

La brigade de Ittersdorf aura un poste à Uberhern, la brigade de Hilbringen aura un poste à Kerprich-Hemmersdorf.

Le 1er mai, la Compagnie prend son autonomie de commandement et devient « Compagnie Autonome de Gendarmerie de la Sarre.
Et à compter du 1er août 1947, elle prend son autonomie administrative.

Le 30 avril 1948, la Compagnie Autonome de Gendarmerie de la Sarre, des Forces de gendarmerie d'Occupation d'Allemagne est dissoute. Il est créé une Section de Gendarmerie de la Sarre, à compter de cette date, cette formation relève de la 6ème Légion de Gendarmerie à Metz. Son effectif est de 1 capitaine et 73 sous-officiers, répartis en 9 brigades territoriales.

La Sarre - Ce territoire se constitua en un état indépendant et souverain, sous protectorat français, le 15 décembre 1947. Il réintégra la RFA suite au référendum du 23 octobre 1955 avec le statut de Land.


COMPAGNIE AUTONOME DE LA GENDARMERIE DE LA SARRE.
Insigne homologué le 13 février 1948, sous la référence :H608
(Fabrication DRAGO).

Description :
Écu parti d'azur à dextre et de sable à senestre. En cœur, grenade d'argent à la bombe timbrée des lettres T.O.A. encadrés des dates « 1678-1945 » rappelant le long attachement unissant cette région à la France qui dût la céder à la Prusse en 1815.
En chef, demi-soleil d'or, évoquant Louis XIV qui fonda Sarrelouis en 1678, portant gravé en creux le mot « SARRE » et surmonté dans un cartouche du mot « GENDARMERIE » de sable.
En pointe, deux maillets d'or croisés, évoquant la mine et la sidérurgie, principales ressources de cette région industrielle.
à suivre.........

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Mer 18 Nov - 23:58

LA COMPAGNIE D'AUTRICHE.

Le 19 juillet 1945, il est créé une Compagnie de Gendarmerie d'Autriche faisant partie de la Légion d'occupation Sud à Freudenstadt et composée de 5 officiers et 251 gradés et gendarmes.
1 Chef d'Escadron commandant la Compagnie.
1 lieutenant (officier adjoint).
1 adjudant, 1 MDLC, et 2 gendarmes secrétaires.
1 officier (Lt ou S/Lt – 1 ADC – 1 ADJ – 1MDLC et 2 gendarmes qui sont chargés de l'administration;
25 sous-officiers sous les ordres d'un ADC sont affectés au détachement de réserve de la Compagnie et 1 gendarme à la garde du magasin.

Ce personnel, appelé à constituer cette nouvelle formation, provient de la Compagnie B2. Cette dernière a été supprimée par NDS n° 339/2 du 28 juillet 1945.
le P.C., de la nouvelle Compagnie est prévu à Innsbrück.
La Compagnie d'Innsbrück comprend les sections de: Innsbrück – Landeck – Bregenz.

Section d'Innsbrück : - 5 brigades.
Section de Landeck: - 4 brigades.
Section de Bregenz: - 4 brigades.

En raison, d'une part de l'éloignement des P.C., de la Compagnie et de la légion Sud et d'autre part des conditions spéciales de service imposées en Autriche par suite de l'installation sur ce territoire occupé d'une haute autorité militaire, la Compagnie d'Autriche reçoit, à la date du 15 août 1945, son autonomie au point de vue commandement dans le cadre de la Légion.
Quinze plus tard, la Compagnie prend son autonomie complète. Tout le personnel passe à la Compagnie Autonome de Gendarmerie d'Autriche, unité formant corps. Ce dernier dépend du Commandement en chef français en Autriche.

La Compagnie Autonome de Gendarmerie d'Autriche sera dissoute par la C.M. n° 28192 du 5 août 1955, en octobre.



LÉGION DE GENDARMERIE D'AUTRICHE – TYPE I. (Fabrication ARTUS BERTRAND).
Écu émaillé bleu, blanc, rouge, sommé en chef du drapeau autrichien aux trois bandes horintales: rouge, blanc, rouge, brochant sur une aigle bicéphale aux ailes éployées d'or. (l'Aigle bicéphale des Armes de Vienne et non l'aigle couronnée et armée de la République Autrichienne).


LÉGION DE GENDARMERIE D'AUTRICHE – TYPE II. (Fabrication d'Autriche ou d'Allemagne).
Écu en laiton gravé et peint. Sur fond noir, aigle bicéphale d'or à couronne du même, garnie de rouge. Brochant sur le corps de l'aigle: écu rouge à une croix blanche.
En pointe de l'insigne, grenade blanche brochant sur un écu taillé de bleu et de rouge.


1ère variante. (Fabrication d'Autriche ou d'Allemagne).
L'écu noir à aigle bicéphale se détache sur un fond blanc et non doré comme précédemment – qui se prolonge sous forme d'un filet d'encadrement tout autour de l'ensemble de l'insigne.
En pointe, grenade blanche briochant sur un écu taillé de bleu et de rouge.


2ème variante: (Fabrication d'Autriche ou d'Allemagne).
insigne identique au type II, mais dont l'écu figurant en pointe est tiercé en pal:bleu, blanc, rouge, sans grenade.


Légion de gendarmerie d'autriche. Type III. (Fabrication ARTUS BERTRAND).
Sur plateau argenté, écu d'émail bleu moyen à une aigle bicéphale d'or. Brochant sur le corps de l'aigle: écu rouge à une croix croix blanche. Cet écu représente, comme sur le type II, les armoiries de la ville de Vienne.
Ce dernier sera porté jusqu'au 15 mai 1955, date à laquelle, le traité de Vienne a été signé entre les forces occupantes alliées – les États-Unis, l'URSS, la France - la Grande-Bretagne et le gouvernement autrichien, portant sur le rétablissement d'une « Autriche indépendante et démocratique ». (Staatsvertrag betreffend die Wiederherstellung eines unabhängigen und demokratischen Österreich).


PATROUILLE INTERNATIONALE DE VIENNE.
Le 9 juillet 1945, les représentants des gouvernements américains, anglais, français et soviétique aboutissent à un accord sur la délimitation des différentes zones d'occupation de l'Autriche et de leur contrôle. Les articles 11 et 12 prescrivent : »l'institution de patrouilles mixtes qui auront pour mission d'arrêter tous les militaires isolés troublant l'ordre ou ne respectant pas la réglementation établie pour la ville ».
Ces patrouilles crées le 4 août 1945 étaient composées d'un Américain, d'un Russe et d'un Anglais. Durant deux mois environ, la gendarmerie française à Vienne n'étant composée que d'une prévôté réduite – un adjudant et 12 gendarmes-, la France ne sera pas représentée. Le 27 septembre, après l'arrivée d'un Escadron de garde Républicaine, un garde français participera désormais aux patrouille.


Chaque patrouille interalliée était porteuse d'un écu sur un brassard noir, porté sur le bras gauche. Réalisé en laiton, sur fond noir, les drapeaux USA – GB – URSS – FRANCE.
En chef, inscription « INTERNATIONAL PATROL - PATROUILLE INTERNATIONALE – МЕЖДУНАРОДНЫЙ ПАТРУЛЬ »
En pointe, un écu rouge, blanc, rouge.

à suivre lors de votre prochaine émission.

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par A.A.A.F.F.B. le Mar 24 Nov - 10:06

GARNISON36 a écrit:Bonsoir tout le monde,
Comme je vois qu’il y a quelques photos sur la gendarmerie à Berlin. Permettez moi, de commencer un post sur l’Histoire avec un grand « H » de la présence gendarmique en Allemagne.                                                                                                            Certains connaissent déjà cet article, pour les autres bonne lecture.......
Garnison36

Très intéressant...! Mais pourquoi ne pas avoir créé un sujet à part entière sur cet Historique...? Je pense que ce serait plus clair pour les intéressés....? Enfin c'est juste mon avis.... Wink
avatar
A.A.A.F.F.B.

Messages : 16
Date d'inscription : 04/11/2015
Age : 66
Localisation : TREON

Voir le profil de l'utilisateur http://anciensffsb.forumgratuit.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Mar 24 Nov - 13:32

[/quote] Très intéressant...! Mais pourquoi ne pas avoir créé un sujet à part entière sur cet Historique...? Je pense que ce serait plus clair pour les intéressés....? Enfin c'est juste mon avis.... Wink [/quote]

Bonjour,
Tu n’as pas tord, au départ
Je ne savais pas comment faire, pour créer un post, comme qui dirait je m..... ,
Parti d’un simple post au départ et emporté dans mon élan j’ai continué.
Surtout qu’il me reste encore pas mal de chose à relater.
Si le créateur du forum peut transférer mon dossier en un post dans les historiques d’unités, sinon je refais tout de A jusqu’à Z.

Le Crimo dit aussi Garnison36

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Gendarmerie en Allemagne

Message par A.A.A.F.F.B. le Mer 25 Nov - 9:07

Très intéressant...! Mais pourquoi ne pas avoir créé un sujet à part entière sur cet Historique...? Je pense que ce serait plus clair pour les intéressés....? Enfin c'est juste mon avis.... Wink [/quote]

Bonjour,
Tu n’as pas tord, au départ
Je ne savais pas comment faire, pour créer un post, comme qui dirait je m..... ,  
Parti d’un simple post au départ et emporté dans mon élan j’ai continué.
Surtout qu’il me reste encore pas mal de chose à relater.
Si le créateur du forum peut transférer mon dossier en un post dans les historiques d’unités, sinon je refais tout de A jusqu’à Z.

Le Crimo dit aussi Garnison36[/quote]

Pour créer un post, tu cliques sur "Nouveau" au lieu de "Répondre"....

L'Admin. du forum peut en effet déplacer tes messages si il le juge utile... Laissons lui le soin de décider.... Wink

Cela dit il y a quelque chose qui M.... dans la configuration, les citations ne fonctionnent pas comme elles le devraient.....?????
avatar
A.A.A.F.F.B.

Messages : 16
Date d'inscription : 04/11/2015
Age : 66
Localisation : TREON

Voir le profil de l'utilisateur http://anciensffsb.forumgratuit.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Lun 7 Déc - 19:39

Le 10 août 1949, à la suite d'une réorganisation administrative de la Zone française d'occupation, les Troupes d’occupation en Allemagne (TOA) créées dès l'Armistice de 1945, cessent d'exister et deviennent « Forces françaises en Allemagne » (FFA) armées françaises de terre, de l'air et de mer (dont Marine du Rhin) en Allemagne de l'Ouest depuis le 10 août 1949 jusqu'à fin décembre 1991.
A la suite de leur dissolution, consécutive à la fin de l'occupation soviétique en ex-Allemagne de l'Est, les Forces françaises stationnées en Allemagne (FFSA) leur succédaient sans discontinuité (1992) afin d'assurer la transition préalable à l'abandon des garnisons françaises.
En 1999, après une nouvelle réorganisation, le dispositif prit le nom de Forces françaises et éléments civils stationnés en Allemagne (FFECSA) parallèlement à la création d'une Brigade franco-allemande (BFA).

DÉTACHEMENT DE GENDARMERIE DE BERLIN.

Le 7 novembre 1945, la Gendarmerie de Berlin placé sous le commandement d'un Chef d'Escadron, est constitué par:
un Détachement de Gendarmerie à l'effectif de 2 officiers, 100 gradés et gendarmes, provenant des prévôtés.
Un Escadron de la Garde Républicaine à l'effectif de 3 officiers, 120 gradés et gardes.

Le personnel venant des prévôtés continue d'être rattaché aux Légions d'origine en ce qui concerne l'administration.
Celui de la Garde Républicaine est rattaché administrativement à la 1ère Légion de Gendarmerie d'Occupation.
Le 1er décembre, le Détachement est articulé en trois brigades et une réserve. L'Escadron de Garde Républicaine à Berlin passe à la 5ème Légion à Limoges et prend l'appellation de 5ème Escadron à Cholet. Son transfert de Berlin à Cholet devant intervenir ultérieurement.

Le 27 avril 1946, le Détachement est renforcé par 240 militaires provenant des légions de gendarmerie départementale et de la Garde Républicaine de la métropole;
une partie du personnel constitue un deuxième escadron dont l'appellation provisoire est : « 2ème Escadron d'Intervention ». Il est stationné au Quartier Napoléon puis Quartier Jeanne d'Arc.
Le 5ème Escadron de la 5ème Légion de Garde Républicaine, détaché à Berlin, est dissout. Le personnel constitue le 1er Escadron Mobile à Berlin.
Le 7 juin, le 2ème Escadron d'Intervention apparaît sous la dénomination de: 2ème Escadron de Sécurité.
Le 1er Escadron Mobile prend l'appellation de 13ème Escadron Mobile à Berlin.
Le 2ème Escadron de Sécurité apparaît sous la dénomination « d'Escadron de Sécurité ». Le 1er juillet, le détachement de Gendarmerie de Berlin prend son autonomie administrative.

Le 18 février 1948, le 13ème Escadron Mobile devient « Escadron n°9 ». Le 1er mai, le Détachement de Berlin est renforcé par un nouvel escadron qui prend l'appellation « Escadron de Sécurité n°2 ». L'Escadron de Sécurité existant devient « Escadron de Sécurité n°1 ».

Le 31 janvier 1949, l'Escadron de Sécurité n°2 est dissout.
Le 1er février, l'Escadron de Sécurité n°1 devient « Escadron de Sécurité n°3 ». L'Escadron Mobile n°9 devient « Escadron de Sécurité n°4 ».

Le 15 mars 1949, le Commandement des Forces de Gendarmerie Nationale en Allemagne est créé.

Le 1er novembre 1951, l'Escadron de Sécurité n°4 prend l'appellation « d'Escadron de Sécurité n°2 ».

Le 1er juillet 1952, l'Escadron de Sécurité n°3 devient Escadron de Sécurité n°1. La Section de Gendarmerie de Berlin est dissoute. Il est créé dans chacun des deux escadrons de Sécurité, un Peloton Porté de Police Judiciaire.
Le Commandement des Forces de gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne.

Le 18 juillet 1962, les pelotons de police judiciaire prennent la dénomination de « Groupes de Police judiciaire ».

Le 27 novembre, le Commandement des Forces de gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne devient « Commandement de la gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne.

L'appellation « Groupe de Police Judiciaire » sera remplacée à compter du 20 novembre 1967 par l'appellation « Compagnie Prévôtale ». La Compagnie Prévôtale devient unité administrative: la mise en place de la comptabilité de cette unité devra être effectuée pour le 31 décembre 1967.


Le 30 septembre 1968, le Détachement de Gendarmerie de Berlin est dissout en tant que corps. Il devient un échelon de commandement.
Ses effectifs sont désormais:
1 État-major: 3 officiers (1 lieutenant-colonel (ZURLINDEN); 1 chef d'Escadron – 1 lieutenant)
36 sous-officiers.
1 Compagnie Prévôtale: 1capitaine et 54 sous-officiers.
2 escadrons de sécurité, chacun à l'effectif de:
3 officiers: 1 capitaine – 2 lieutenants.
90 sous-officiers.
et articulé en 1 P.H.R. - 1 Pel AML – 1 Pel Porté sur Haff-Track
soit au total: 10 officiers et 270 sous-officiers.

Le Détachement de Gendarmerie est une unité support du Centre d'Instruction de Gendarmerie implanté à Berlin.

Le 31 juillet 1991, par la décision n° 13802 DEF/GEND/O.E/ORG du 15 mai 1991, les unités du Détachement de Gendarmerie de Berlin sont supprimés, à savoir:
le Détachement de Gendarmerie de Berlin,
le Groupe de Commandement et des Services du Détachement de Gendarmerie de Berlin,
la Compagnie Prévôtale de Berlin,
le Groupe de Commandement de la Compagnie Prévôtale de Berlin,
la Brigade Prévôtale Foch de Berlin,
la Brigade Prévôtale de Wedding,
l' Escadron de Sécurité de Berlin.

Le lendemain, le Détachement Prévôtal de Berlin voit le jour.

Le 1er septembre 1993, le Commandement des Forces de Gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne prend l'appellation de Commandement des Forces de Gendarmerie des Forces Françaises Stationnées en Allemagne (C.F.G – F.F.S.A.).

Le Détachement Prévôtal de Berlin est dissout à compter du 30 septembre 1994, par la décision ministérielle du 21 mars 1994.


DÉTACHEMENT DE GENDARMERIE DE BERLIN – TYPE I. (Fabrication DRAGO).
Insigne homologué le 19 janvier 1948, sous le n° H598.

Description: Écu émaillé et argenté brochant sur une épée du même. Ours noir à la langue et aux griffes rouges sur fond d'argent, évoquant les Armes de la ville, bordé de l'inscription:
« GENDARMERIE DES » en lettres d'argent sur bleu moyen à gauche
« T.O.A. A BERLIN » en lettres d'argent sur noir à droite.



DÉTACHEMENT DE GENDARMERIE DE BERLIN – TYPE II.
(Fabrication ARTUS BERTRAND et DRAGO).
L'insigne a conservé son numéro d'homologation donné en 1948 - H598.
Description: Sur un plateau argenté, écu d'argent à un ours d'émail noir lampassé et armé de gueules. Cet écu représente fidèlement les armes de la ville de Berlin, dont l'ours était déjà l'emblème de la ville au XIIème siècle.



PREVOTE MILITAIRE FRANÇAISE À BERLIN. (Fabrication Allemagne – 1946)
(sources numéro spécial «  Les insignes de la gendarmerie » - SYMBOLES ET TRADITIONS)
A la dissolution des 11ème et 11ème Groupes Autonomes de la garde, la valeur d'un escadron demeure en Allemagne et donna naissance – entre autres unités – au noyau de la Gendarmerie Française à Berlin.


PREVOTE MILITAIRE FRANÇAISE A BERLIN.
Description: De Rondache dorée et émaillée. Fond noir, pignons, pistolets croisés grenache et lettres « P.M. » d’or.
L’influence américaine est marquée par la présence des pistolets croisés, insigne distinctif de la military police.



ESCORTE DU GÉNÉRAL COMMANDANT EN CHEF LES TROUPES D’OCCUPATION. (Fabrication Allemande -Klein und Quenzer).
Description: Écu français moderne doré et émaillé bleu. En chef, motocyclette d’or reposant sur un bandeau noir timbré des cinq étoiles d’or en relief de général d’armée.
Au centre, grenache d’argent en relief à la bombe timbrée d’une croix de Lorraine évoquant le passé du héros de Bir-Hakeim (général Pierre KOENIG, premier commandant des troupes d’occupation en Allemagne et en Autriche).
En pointe, banderole d’or portant les mots « ESCORTE C.C.F.A. »


GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Lun 7 Déc - 19:45

TRIBUNAL MILITAIRE INTERNATIONAL DE NUREMBERG.

Du 20 novembre 1945 au 1er octobre 1946, siège à Nuremberg, un tribunal militaire international. Un peloton de gendarmerie y est affecté.

Article premier du Statut du Tribunal de Nuremberg créé le 8 août 1945.
En exécution de l’Accord signé le 8 août 1945 par le Gouvernement Provisoire de la République Française, le Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique, du Royaume Uni de Grande-Bretagne et de l’Irlande du Nord, et de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques, un Tribunal Militaire International (dénommé ci-après « le Tribunal »), sera créé pour juger et punir de façon appropriée et sans délai, les grands criminels de guerre des pays européens de l’Axe.

Article 22
Le siège permanent du Tribunal sera à Berlin. La première réunion des membres du Tribunal, ainsi que celle des représentants du Ministère Public, se tiendra à Berlin, en un lieu qui sera fixé par le Conseil de contrôle pour l’Allemagne. Le premier procès se déroulera à Nuremberg et tous procès ultérieurs auront lieu aux endroits choisis par le Tribunal.  



TRIBUNAL MILITAIRE INTERNATIONAL DE NUREMBERG.
(Fabrication Allemande et tiré à environ 30 exemplaires).
Description: Écu en métal doré et peint. Dans un écu central, balance de la Justice et grenade de la gendarmerie, timbrée des lettres « R.F. », rouges.
Inscriptions en chef: « GENDARMERIE FRANÇAISE » et en bordure: « TRIBUNAL MILITAIRE INTERNATIONAL DE NUREMBERG » en lettres rouge.

Ces sept prisonniers furent condamnés le 1er octobre 1946 par le tribunal militaire international de Nuremberg et transférés à la prison alliée de Berlin-Spandau le 18 juillet 1947, transformée à cette occasion par les alliés.
- Baldur von Schirach (9.05.1907 Berlin - 8.08.1974 Kröv ) politicien N.S.D.A.P chef des jeunesses hitlériennes, condamné à 20 ans, libéré le 1er octobre 1966,
-
Albert Speer ( 19.03.1905 Mannheim – 1.09.1981 Londres ) architecte et politicien N.S.D.A.P ministre de l’armement, condamné à 20 ans, libéré le 1er octobre 1966,
-
Karl Dönitz ( 16.09.1891 Berlin – 24.12.1980 Anmühle/ Hamburg ) grand amiral, condamné à 10 ans, libéré en 1956,
-
Walter Funk ( 18.08.1890 Trakehnen – 31.05.1960 Düsseldorf ) politicien N.S.D.A.P ministre de l’économie, condamné à vie, libéré pour raison de santé en 1957,
-
Erich Raeder (24.04.1876 Hamburg – 6.11.1960 Kiel ) grand amiral, condamné à vie, libéré pour raison de santé en 1955,
-
Constantin von Neurath ( 2.02.1873 Kleinglattbach / Vaihingen an der Enz – 14.08.1956 Leinfelder Hof bei Enzweihingen / Vaihingen an der Enz ) diplomate et politicien N.S.D.A.P ministre des affaires étrangères, condamné à 15 ans, libéré pour raison de santé en 1954,
- Rudolf Hess ( 26.04.1894 Alexandrie /Egypte – 17.08.1987 Berlin-Spandau ) politicien N.S , détenu à la prison militaire de Spandau, seul de 1966 à 1987. Ce dernier, condamné à vie en 1946, mi-fin à ses jours à l’age de 93 ans.

La prison fût démolie et rasée quelques jours plus tard, sur son emplacement fût construit un centre commercial réservé aux membres des forces britanniques.

Prison Prévôtale de Landau.

 Relève de la Garde à la Prison Militaire de Berlin-Spandau - 1950.

TRIBUNAUX PERMANENTS DES FORCES ARMÉES.
(sources numéro spécial «  Les insignes de la gendarmerie » - SYMBOLES ET TRADITIONS)

Créés en 1945 en Allemagne et en Autriche, les Tribunaux militaires ont cessé de fonctionner en 1956. le 5 mars de cette année là, dans la grande salle d'honneur, dite « Salle des Adieux » du château de Rastatt s'est déroulée la séance solennelle de clôture du Tribunal supérieur Français qui fonctionnait dans cette ville depuis mars 1956.
cette séance marquait la fin d'une période de présence française et après cette date, les tribunaux prévôtaux sont demeurés la seule autorité ayant aux F.F.A. (ex T.O.A.) des pouvoirs juridictionnels.
Vers 1946, deux insignes, communs aux Magistrats militaires, Gendarmes Prévôtaux et personnels furent créés, l'un pour l'Autriche (T.O.Au.) l'autre pour l'Allemagne (T.O.A.).


AUTRICHE: (Fabrication AUTRICHE)
Description: Écu français moderne en métal doré et émaillé. Sur fond bleu, croix de Lorraine d'or brochant sur un glaive d'émail rouge, encadré en chef par deux étoiles d'or et sur les côtés par deux palmes du même.


ALLEMAGNE: (Fabrication ALLEMAGNE).
Description: Insigne pentagonal dont le motif principal est une représentation figurative de la Justice laurée, armée d'un glaive et tenant des balances, reposant sur un écu écartelé.
Dans une banderole disposée en ovale, l'inscription: «  T.O.A./1er C.A. » en chef, et « T./M/ » en pointe encadrent l’allégorie.


DÉTACHEMENT DE GENDARMERIE DE SÉCURITÉ DU HAUT-COMMISSAIRE DE FRANCE(Fabrication ALLEMANDE).
(sources numéro spécial «  Les insignes de la gendarmerie » - SYMBOLES ET TRADITIONS)
En 1949, Monsieur François-Poncet fut nommé Haut-Commissaire de la République Française en Allemagne, où l'autorité militaire fit place à l'autorité civile.

Description: Écu doré et émaillé bleu foncé, portant en chef dans un bandeau noir, l'inscription « GENDARMERIE H.C.R.F.A. » en lettres d'or.
En pointe, sommés des flammes d'argent de la grenade de la gendarmerie, les symboles de l'autorité républicaine: faisceau de licteur, rameaux de chênes et d'oliviers, d'or.

la suite au prochain épisode........

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Lun 7 Déc - 23:25

L'ÉCOLE PREPARATOIRE DE GENDARMERIE A HORB-SUR-NECKAR.

Au vues de la décision ministérielle n° 18207 GEND.T du 6 avril 1946, des incidences budgétaires sur les effectifs métropolitains de la gendarmerie ont exigé que le nombre des compagnies d'élèves-gendarmes existant dans les écoles préparatoires de gendarmerie de la métropole soit provisoirement réduit à deux.
Cette nouvelle organisation entraine l'envoi d'une compagnie d'élèves-gendarmes avec un encadrement à l'École Préparatoire de Gendarmerie de Horb-sur-Neckar (initialement prévue à Kaiserslautern mais annulé par la D.M. N° 21718 du 25 avril) par les écoles de la métropole possédant plus de deux compagnies au 1er mai 1946.
Les Écoles Préparatoires de Gendarmerie de Romans – Mamers et Chaumont fourniront chacune une compagnie d'élèves-gendarmes. Ces unités feront mouvement sur l'Allemagne successivement les 1er, 3 et 16 mai 1946.


Deux nouvelles compagnies provenant des écoles de Romans et Chaumont iront rejoindre les trois précédentes à Horb les 30 mai et 1er juin 1946.

En vertu des ordres reçus du commandement supérieur des troupes d'Occupation, le Chef d'Escadron désigné pour reprendre le Commandement de l'École de Gendarmerie en Allemagne assure l'installation de cette école dans la caserne de Horb dès le 23 avril 1946.

Le premier cours d'instruction d'élèves-gendarmes terminé, les cinq compagnies ont été dissoutes à la date du 30 septembre 1946. pour la mise sur pied du second cours, trois compagnies seront reconstituée pour le 1er octobre.

Dans le but de faciliter l'administration du personnel gradés ou gendarmes ne faisant pas partie du cadre des compagnies, il est créé une compagnie hors rang. Elle est composée de:
Groupe d'État-Major: - secrétariat école – atelier dactylographique.
Groupe administratif: - personnel administratif du corps.
Groupe Service Général: - service général – service auto – service santé – éducation physique.
Groupe musique.

Le 1er avril1947, l'École Préparatoire de Gendarmerie en Allemagne.
À la même date sont créés, un Centre d'Instruction, un Escadron mobile type porté n°14, qui constituera une réserve générale à la disposition du commandant en chef français en Allemagne.
Le Centre sera composé d'un peloton hors rang et de deux compagnies d'instruction.
Ils seront rattachés administrativement à la 4ème Légion de Gendarmerie d'Occupation à Reutlingen.

Le 15 février 1948, la création de nouvelles unités en métropole par prélèvement de personnels entraine la réorganisation de la Garde Républicaine. Deux légions sont ainsi constituées dont la 3ème Légion de Garde Républicaine qui sera provisoirement implantée en Allemagne.
L'Escadron n°5 (escadron 5/3) de cette formation s'installe au Centre d'Instruction.
L'escadron n° 14 et le peloton hors rang sont dissous, le 28 février. En remplacement du P.H.R dissout, il est créé un cadre permanent du Centre d'Instruction.



caserne de HORB SUR NECKAR
(photos: http://www.cerclenationaldesanciensmili ... stoire.php)

Le 31 décembre 1948, en raison de l'implantation en métropole de nouvelles unités et de la dissolution de la 3ème L.G.R., en occupation. L'escadron 5/3 implanté au C.I., disparaît.
Retour en France:
Est affecté à la 7ème Légion de la Garde Républicaine à Verdun.
Le 1er Escadron de Lorrach (1/3) qui devient l'Escadron 9/7 à Verdun.

Est affecté à la 6ème légion de la Garde Républicaine à Strasbourg.
Le 7ème Escadron (7/3) de Traben-Trarbach devient l'Escadron 9/6 à Baccarat.

Sont affectés à la 3ème Légion de Garde Républicaine recrée sous la même appellation à Nantes.
Le 3ème Escadron de Waldkirch devient l'Escadron 1/3 à Vitré.
Le 5ème Escadron de Hord-sur-Neckar devient l'Escadron 5/3 à Saint-Brieuc.
Le 6ème escadron de Hermeskeil devient l'Escadron 6/3 à Rouen.

Sont dissous:
L' Escadron 2/3 de Schoffeim.
L' Escadron 4/3 de Oberndorf.
L' Escadron 8/3 de Simmern.
L' Escadron 9/3 de Archern;


Le 1er janvier 1949, les mouvements de personnels réalisés en exécution de la D.M. 3966 GEND.T du 16 décembre1948, ont entrainé la réorganisation des forces de gendarmerie d'occupation.
La disparition future de la 4ème Légion d'occupation au 1er février 1949, entraine la dissolution du Centre d'Instruction au 1er janvier 1949.

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Lun 7 Déc - 23:29

CENTRE D'INSTRUCTION DU DETACHEMENT DE GENDARMERIE DE BERLIN.

Par les Notes de Service n° 6383 et 6569/G.3., des 3 et 11 septembre 1957, du Commandement des Forces de Gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne. Il est créé un Centre d'Instruction à Berlin. Celui-ci est placé sous l'autorité du Commandant du Détachement de Gendarmerie de Berlin qui en prévoit l'organisation, assume la responsabilité de la discipline et surveille le déroulement général du stage.

La direction effective est confiée au commandant de l'escadron de Sécurité n°1.
Les opérations d'incorporation seront effectuées à la 6ème Légion de gendarmerie mobile à Strasbourg avant la mise en route sur Berlin.
Les élèves-gendarmes seront répartis en quatre pelotons d'instruction.


À compter du 14 octobre 1958, l'effectif des élèves-gendarmes est articulé en 3 pelotons au lieu de 4.

Le 11 janvier 1960, le Centre d'Instruction prend l'appellation de Groupement d'Instruction. Il est constitué pour des périodes déterminées, avec des personnels et du matériel des escadrons de sécurité n°1 et 2 mis en commun.
Le 12, le personnel relevant du Groupement d'Instruction est classé en quatre pelotons:
P1: candidats au B.A.1, et C.I.A..
P2: 1ère moitié des élèves-gendarmes.
P3: 2ème moitié des élève-gendarmes.
P4: ensemble du personnel sous-officiers instructeurs et employés du groupement d'instruction.

À partir du 1er août , aucun stage d'élèves-gendarmes n'étant prévu avant la fin de l'année ou le début de l'année 1961, les escadrons de sécurité 1 et 2 se reconstituent sur les bases réglementaires.

Le 29 avril 1961, c'est arrivée d'un stage d'élèves-gendarmes – reconstitution du groupement d'instruction selon les modalités antérieures, à 4 pelotons.
Suivant le rapport n° 1616/2 du 26 août 1965, Les stages d'élèves-gendarmes se sont déroulés jusqu'au mois de novembre 1962.
Le bâtiment du Groupement d'Instruction a été mis ensuite à la disposition du Cercle Brocard pour loger des familles de sous-officiers en attente d'un logement. Par la suite, il a été partiellement occupé par des sous-officiers célibataires du 46ème R.I., et de la 11ème C.T.

Les activité du Centre d'Instruction reprend à partir du 18 janvier 1966, pour une durée de six mois au profit de 130 élève-gendarmes. Remise en fonctionnement du Centre d'instruction le 1er novembre.

La décision ministérielle n° 54639 DN/GEND/BS/STR du 30 novembre 1972 précise que l'appellation « Compagnie d'élèves-gendarmes » est définitivement substituée» à celle de « Centre d'Instruction ».

le 1er mars 1991, la Compagnie d'élèves-gendarmes de Berlin est dissoute.


LA PORTE DE BRANDEBOURG


CARTE DU MUR DE BERLIN


CHECKPOINT CHARLIE (photo Internet)

NOTA: trois stages d'élèves-gendarmes ont été effectués à Berlin (camp FOCH):
- de janvier à juillet 1951;
- du 11 juin au 24 novembre 1951;
du 20 décembre 1951 au 10 juin 1952.

la 1ère Légion de Gendarmerie d'Intervention a procédé à l'incorporation et l'habillement des élèves. Ceux-ci ont été administrés par l'Escadron de Sécurité n°4.

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Lun 7 Déc - 23:34

Quelques vues de différentes casernes


CASERNE DE WORMS


LA PORTE DE KOBLENCE


CASERNE NAPOLEON - BERLIN


CASERNE VAUBAN - FRIBOURG


CASERNE DE KAISERSLAUTERN


CASERNE DE SAINT-WENDEL


COMMANDEMENT DE LA GENDARMERIE DES FORCES FRANÇAISES EN ALLEMAGNE.


CARTE ZONES D’OCCUPATION DES TROUPES ALLIÉES


CARTE ZONE FRANÇAISE D'OCCUPATION

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Lun 7 Déc - 23:50

1er octobre 1968 - Le Commandement de la Gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne implanté à Baden-Baden devient une unité formant corps.
Les échelons de commandement suivants lui sont rattachés:
Le Groupement des Prévôtés de la Zone Nord,
Le Groupement des Prévôtés de la Zone Sud et du Secteur centre,
Le Détachement de Gendarmerie de Berlin.

Le Groupement des Prévôté de la Zone Nord comprend:
- Groupe de commandement et des Services,
- Détachement Prévôtal de Trêves:
- Groupe de commandement
- Poste de Trêves
- Poste de Saarburg
- Poste de Saint-Wendel
- Poste de Sarrebruck
- Poste de Wittlich
- Poste de Coblence
- Peloton Prévôtal d'Intervention de Trêves.
Total 90 officiers, gradés et gendarmes.

- Détachement Prévôtal de Landau:
- Groupe de commandement
- Poste de Landau et prison prévotâle
- Poste de Neustadt
- Poste de Spire
- Poste de Kaiserslautern
- Peloton Prévôtal d'intervention de Landau.
- Total 58 officiers, gradés et gendarmes.
Soit un total de 4 officiers, 31 gradés et 120 gendarmes pour le Groupement des Prévôtés de la Zone Nord.

Le Groupement des Prévôté de la Zone Sud et du Secteur Centre comprend:
- Groupe de commandement et des Services,
-Centre d'Enseignement de l'Allemand.
- Détachement Prévôtal de Fribourg:
- Groupe de commandement
- Poste de Fribourg
- Poste de Mullheim
- Poste de Vieux-Brisah
- Poste de Offenbourg
- Poste de Donaueschingen
- Poste de Villingen
- Poste de Constance
- Poste de Radolfzell
- Peloton Prévôtal d'Intervention de Fribourg.
Total 112 officiers, gradés et gendarmes.


- Détachement Prévôtal de Baden-Baden:
- Groupe de commandement
- Poste de Baden-Baden
- Poste de Rastatt
- Poste de Karlsrühr
- Poste de Kehl
- Peloton Prévôtal d'Intervention de Baden-Baden
- Peloton Prévôtal dIntervention de Kehl.
- Total 25 officiers, gradés et gendarmes.

- Détachement Prévôtal de Tubingen:
- Groupe de commandement
- Poste de Tubingen
- Poste de Reutlingen
- Poste de Munsingen
- Poste de Pforzheim
- Poste de Stetten
- Poste de Weingarten
- Poste de Friedrichshafen
- Peloton Prévôtal d'Intervention de Tubingen
- Total 68 officiers, gradés et gendarmes.

Soit un total de 8 officiers, 55 gradés et 214 gendarmes pour le Groupement des Prévôtés de la Zone Sud et du Secteur Centre.
- Détachement de gendarmerie de Berlin comprend:
- Compagnie Prévôtale.
- Groupe de commandement,
- Secrétariat – matériel
- Conducteur-radio-secrétaire
- Estafette motocycliste radio.
- Brigade de police judiciaire.
- Peloton d'Intervention
- Commandant de peloton, son adjoint et son conducteur radio
- Brigade de secteur n°1
- Brigade de secteur n°2
- Brigade de secteur n°3
- Brigade de secteur n°4
- Total 48 officiers, gradés et gendarmes.

- Escadron de sécurité.
- Commandant d'Escadron
- Peloton Hors Rang
- Groupe de commandement
- AE, radio, conducteur-radio, estafette motocycliste.
- Groupe des Services
- Secrétariat, auto-dépannage, armement-munitions, ordinaire, matériel-casernement, infirmier.
- 1° Peloton A.M.
- 2° Peloton A.M.
Soit un total de 3 officiers, 16 gradés et 80 gendarmes.

Le détachement de Gendarmerie de Berlin est aussi l'unité support du Centre d'instruction de Gendarmerie implanté à Berlin.

Le 11 octobre 1971, le Groupement des Prévôtés de la Zone Sud et du Secteur Centre prend l'appellation de « Groupement des Prévôtés de la Zone Sud ».
Le Détachement Prévôtal de Baden-baden devient « Groupement des Prévôtés du secteur Centre ».

le 1er juin 1972, les groupements des Prévôtés de la zone Nord, de la zone Sud et celui du secteur centre prennent respectivement les appellations suivantes:
Groupement Prévôtal de la Zone Nord.
Groupement Prévôtal de la Zone Sud.
Groupement Prévôtal du secteur Centre.

Les détachements Prévôtaux deviennent Compagnies Prévôtales.

Les Postes de gendarmerie deviennent Brigades Prévôtales.

Le 31 août 1977, la Compagnie Prévôtale de Constance est dissoute.
La Compagnie Prévôtale de Villingen voit le jour.

À compter du 1er juillet 1978, les Groupements Prévôtaux sont réorganisés:
Le Groupement Prévôtal de la Zone Nord devient Groupement Prévôtal de la 1ère Division et de la zone Nord à Trêves.
Groupement Prévôtal de la Zone Sud devient Groupement Prévôtal de la 3ème Division et de la Zone Sud à Fribourg.
Groupement Prévôtal du secteur Centre devient Groupement Prévôtal de la 5ème Division et de la zone Centre à Landau.
La Compagnie Prévôtale de Baden-Baden est créée.
Trois Pelotons Prévôtaux d'Intervention sont créés à Trêves – Fribourg – Baden-Baden.
La Compagnie Prévôtale de Tubingen est rattachée au Groupement Prévôtal de la 5ème Division et de la zone Centre à Landau.
La Compagnie Prévôtale de Trêves est dissoute.


Une directive de mai 1983 précisait l’acheminent en cas de crise d’un escadron de gendarmerie mobile à BERLIN.
L’escadron type d’intervention appelé «  Escadron SETIER », venait alors renforcer le détachement de gendarmerie de Berlin.
L’escadron pouvait être transporté soit par voie routière, soit par voie aérienne, soit par voie ferrée.

Le 1er juillet 1984, un Groupe de recherches est créé à Baden-Baden.

Le 18 septembre 1990, à la suite de la réunification de l’Allemagne, le président François Mitterrand annonce le départ progressif des forces armées françaises installées Outre-Rhin. Ce retrait conduit à la dissolution étalée des groupements prévôtaux, à compter de la décision n° 4255 DEF/GEND/OE/ORG du 15 mai 1991.

Le 31 juillet 1991, sont dissous:
Le détachement de gendarmerie de Berlin.
La Compagnie Prévôtale de Berlin.
L'Escadron de Sécurité de Berlin.

Le 1er août 1991, le Détachement Prévôtal de Berlin voit le jour.
La Compagnie Prévôtale de Tubingen est dissoute.
Les brigades Prévôtales de Reutlingen et Musingen sont rattachées à la Compagnie Prévôtale de Baden-Baden.

Le 31 août 1992, le Groupement Prévôtal à Trêves, le Groupement Prévôtal à Fribourg-en-Brisgau, la Compagnie prévôtale de Fribourg-en-Brisgau, et le Peloton Prévôtal d'Intervention de Fribourg sont dissous.

À compter du 1er septembre, la Gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne est réorganisée en deux Groupements Prévôtaux. L'un au sud à Baden-Baden, l'autre au Nord à Landau, comprenant chacun un Peloton Prévôtal d'Intervention et deux Compagnies.

Commandement de Gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne.
- État-major
- Services Administratifs et techniques
- Bureau Central d'Immatriculation
Groupement Prévôtal Nord à Landau
- Peloton Prévôtal d'Intervention à Trêves
- Compagnie Prévôtale à Trêves
- Atelier 2B
- Bureau d'immatriculation
- Centre d'Inspection Technique
- Brigade Prévôtale à Trêves
- Brigade Prévôtale à Wittlich
- Brigade Prévôtale à Saarburg
- Brigade Prévôtale à Saint-Wendel
- Compagnie Prévôtale de Landau
- Atelier 2A
- Bureau d'immatriculation
- Centre d'Inspection Technique
- Brigade Prévôtale de la Prison Landau
- Brigade Prévôtale à Landau
- Brigade Prévôtale à Spire
- Brigade Prévôtale à Pforzheim
- Détachement Prévôtal de Berlin
Groupement Prévôtal Sud à Baden-Baden
- Peloton Prévôtal d'Intervention à Baden-Baden
- Atelier 2B
- Centre d'Inspection Technique
- Compagnie Prévôtale à Baden-Baden
- Brigade Prévôtale à Baden-Baden
- Brigade Prévôtale à Rastatt
- Brigade Prévôtale à Kehl
- Brigade Prévôtale à Vieux-Brisach
- Compagnie Prévôtale de Landau
- Bureau d'immatriculation
- Centre d'Inspection Technique
- Atelier 2A
- Brigade Prévôtale à Villingen
- Brigade Prévôtale à Donaueschingen
- Brigade Prévôtale à Stetten
- Centre d'Inspection Technique

Le 1er juillet 1993, le Groupement Prévôtal de Bade et les Compagnies Prévôtales de Baden-Baden – Trêves – Landau - Villingen sont dissous.
Les Groupements de Trêves et de Villingen.
- Au Groupement Prévôtal de Landau sont rattachées:
- Détachement Prévôtal de Berlin
- Peloton Prévôtal d'intervention de Baden-Baden
- Brigade Prévôtale de la Prison de Landau
- Brigade Prévôtale de Landau
- Brigade Prévôtale de Baden-Baden
- Brigade Prévôtale de Rastatt
- Brigade Prévôtale de Spire
- Brigade Prévôtale de Pforzheim
- Au Groupement Prévôtal de Trêves sont rattachées:
- Peloton Prévôtal d'intervention de Trêves
- Brigade Prévôtale de Trêves
- Brigade Prévôtale de Saarburg
- Brigade Prévôtale de Saint-Wendel
- Brigade Prévôtale de Wittlich
- Au Groupement Prévôtal de Villingen sont rattachées:
- Brigade Prévôtale de Villingen
- Brigade Prévôtale de Donaueschingen
- Brigade Prévôtale de khel
- Brigade Prévôtale de Stetten
- Brigade Prévôtale de Vieux-Brisach

Le 1er septembre 1993, le Commandement des Forces de Gendarmerie des Forces Françaises en Allemagne devient le Commandement des Forces de Gendarmerie des Forces Françaises Stationnées en Allemagne (F.F.S.A.).

Le 30 août 1994, la Brigade Prévôtale de Kehl est dissoute.
Le 1er septembre le Peloton Prévôtal d'Intervention de Villingen et la Brigade Prévôtale d'Achern sont créés.
Le 30 septembre, le Détachement Prévôtal de Berlin est dissout;

Le 30 juin 1995, c'est au tour du Groupement Prévôtal et de la Brigade de la Prison Prévôtale de Landau d'être dissous.

Le 30 août 1999, les unités de la gendarmerie des Forces Françaises stationnées en Allemagne, sont dissoutes:
Commandement de la Gendarmerie des F.F.S.A., (EM/SAT) à Baden-Baden,
Groupements Prévôtaux de Trêves et de Villingen.
Pelotons Prévôtaux d'Intervention de: Trêves – Baden-Baden – Villingen.
Brigades Prévôtales de : Trêves – Baden-Baden – Rastatt – Saint-Wendel – Wittlich – Achern – Landau – Saarburg – Donaueschingen.
Le 1er septembre, la Brigade Prévôtale de Pforzheim est dissoute.
À compter de cette date, sont créés:
Le Détachement Prévôtal d'Allemagne,
Le G.C. Groupement à Donaueschingen,
La Brigade Prévôtale de Donaueschingen,
La Brigade Prévôtale de Müllheim.
La Brigade Prévôtale de Immendingen.
La Brigade Prévôtale de Saarburg.

Ce détachement est subordonné à la Légion de Gendarmerie d'Alsace à Strasbourg.


GENDARMERIE DES F.F.A.
PRÉVÔTÉ 2° CORPS D’ARMÉE, F.F.A.
Insigne homologué le 1er mars 1978, sous la référence: G 2601.(Fabrication ARTHUS BERTRAND)
Description: Sur plateau argenté, écu chapé, ployé blanc, fléché en chef d'azur et de gueules.
Inscription en lettres argent sur deux lignes horizontales: II C.A. F.F.A. - PRÉVOTÉ

L'ensemble tricolore chapé ployé, est une figure formée par deux lignes partant du milieu du sommet et s'incurvant pour se terminer l'une à l'angle dextre et l'autre à l'angle senestre de la base de l'écu.

Le fond d'insigne bleu, blanc, rouge reprend l'écusson de marche du 2ème Corps d'Armée. - La flèche représentant le fer de lance de la 1ère Armée française. La mention PRÉVOTÉ fait référence à la mission des gendarmes.

Cet insigne a été réalisé avec la mention 2°C.A., mais après la note du Général LAGARDE, chef d'État-Major de l'Armée de Terre, en Avril 1978, interdisant « toute référence aux numéros et aux appellations des Grandes Unités sur leur insignes tissés et métalliques », la mention « 2° C.A. », fut supprimé.
Cet insigne sera porté de 1978 à 1980.


GENDARMERIE DES F.F.A.
PRÉVÔTÉ DES FORCES FRANÇAISES EN ALLEMAGNE.
Insigne homologué le 11 août 1980, sous la référence: G2835.
(Fabrication: ARTHUS BERTRAND)
Description: Sur plateau argenté, écu chapé, ployé argent, fléché en chef d'azur et de gueules.
Inscription en lettres argent en abîme: PRÉVOTÉ.
Cet insigne a été porté de 1981 à 1993.


PRÉVÔTÉ DES FORCES FRANÇAISES STATIONNÉES EN ALLEMAGNE.de 1993 à 1999.


DÉTACHEMENT PRÉVÔTAL D'ALLEMAGNE. De 1999 à nos jours.
Description: Sur plateau argenté, écu chapé, ployé blanc, fléché en chef d'azur et de gueules, chargée d’un glaive argenté, entouré de 10 étoiles.
En pointe: bandes noir rouge et jaune.
Inscription en lettres argent en abîme: PRÉVOTÉ.
Cet insigne est porté depuis 1993.

L'insigne reprend l'écusson précédent plus stylé pour rappeler la période F.F.A.- le glaive, arme de combat, représente la vocation militaire de l'institution - le drapeau allemand et les 12 étoiles indiquent la volonté européenne de création d'une force multinationale européenne.

Bon, eh bien voilà tout ce que je peux vous retracer sur l’histoire de la gendarmerie stationnée en Allemagne. j’espère que cela vous a plu, parce que j’ai d’autres historiques sur le feu. Alors, si cela vous en voulez encore, faites le savoir, les enfants.
Pour ce soir, j’arrête et à bientôt sous d’autres horizon.

le Crimo ou Garnison36.

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par le criquet le Ven 11 Déc - 22:10

Nous avons déménagé la dernière brigade prévôtale, celle de Donaueschigen, en 2014.
J'ai l'enseigne murale en souvenir, que j'ai placée sous film plastique en attendant un place définitive!

" />
Ainsi que le panneau du parking de la prévôté.

Le Criquet
avatar
le criquet

Messages : 246
Date d'inscription : 03/11/2015
Age : 56
Localisation : Poitou

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par GARNISON36 le Ven 11 Déc - 23:22

Tu me les avais pas montré mon criquet, petit cachotier.
le crimo

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par le criquet le Sam 12 Déc - 19:05

GARNISON36 a écrit:Tu me les avais pas montré mon criquet, petit cachotier.
le crimo

Mais je ne dis même tout à mon épouse! Au sujet de mes découvertes gendarmiques bien évidemment, n'allez pas colporter quelques ragots Laughing
Le Criquet
avatar
le criquet

Messages : 246
Date d'inscription : 03/11/2015
Age : 56
Localisation : Poitou

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par DSTEM le Jeu 19 Mai - 11:49

[quote="GARNISON36"] Le 1er octobre 1945, le Commandement des Forces de Gendarmerie d'Occupation est créé.

Salut à toi GARNISON36, Super article et une belle documentation !

Je travaille moi aussi sur la Gendarmerie des FFA et j'aurai voulu savoir où se trouvait localisé le 1er octobre 1945, le Commandement des Forces de Gendarmerie d'Occupation.

J'ai pu trouvé dans de nombreux documents d'archives, la mention "Commandement de Gendarmerie d'occupation à S.P" Mais je n'arrive pas à trouver la localité.

Si tu as des infos, je t'en serai reconnaissant,

Merci d'avance. Smile

DSTEM

Messages : 1
Date d'inscription : 17/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par PINTHON Georges le Mer 1 Mar - 14:43

Bonjour.

Je me permets de vous envoyer ce message car j’aurais besoin de vos conseils et de votre aide éventuellement.

En effet, mon grand père maternel a fait sa carrière professionnelle dans la Gendarmerie Nationale.

Je ne sais si cela est possible mais je voudrais vous demander si je pourrais avoir une trace de sa carrière dans la Gendarmerie Nationale.

Il s’agit de :
PINEL Jean Marie Emile né le 8 juillet 1904 à Mainsat (Creuse).

PINEL Jean Marie Emile s’est marié le 2 mars 1929 à Servon Melzicourt (Marne) avec LOGETTE Marie Irène.

C’est surtout ma mère aujourd’hui, âgée de 88 ans (donc la fille de PINEL Jean Marie Emile) qui voudrait retrouver la chronologie des états de service de son père.
Cela fait plusieurs fois qu’elle me le demande et c’est pour cela que je me décide aujourd’hui, à vous contacter.

Concernant la carrière de PINEL Jean Marie Emile (sous toute réserve concernant les années).

PINEL Jean Marie Emile serait allé à l’école de la Gendarmerie à Bergerac en 1933 ou 1934.
Il est ensuite parti dans le Cantal : Neussargues (1935-1936).
Aurillac (1936 à 1941)
Saint Martin de Valmeroux (1944 à 1945)
Ensuite après la guerre, il est parti en Allemagne et en Autriche en occupation.
PINEL Jean Marie Emile a pris sa retraite en 1956.


Je vous remercie pour votre aide.
Cordialement.
PINTHON Georges.


PINTHON Georges

Messages : 1
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par le criquet le Mar 7 Mar - 22:39

Bonjour
Je crois que la procédure en la matière est de demander un état signalétique et des services auprès du BCAAM de Pau (64)
Voici les coordonnées.
M. le Colonel
Commandant le B.C.A.A.M
Caserne BERNADOTTE 64023 PAU CEDEX.
B.C.A.A.M.=
Bureau Central des archives Administratives Militaires.
TEL/ 05 59 40 45 80
TÉLÉCOPIE...05 59 40 45 53

Théoriquement, ce document est délivré à un ancien militaire qui le demande pour sa carrière.

Bonnes recherches
Le Criquet
avatar
le criquet

Messages : 246
Date d'inscription : 03/11/2015
Age : 56
Localisation : Poitou

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gendarmerie en Allemagne

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum