PPSI Mostar 1996

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PPSI Mostar 1996

Message par le criquet le Jeu 19 Nov - 21:55

Bonsoir
Après les accords de Paris et Dayton, faisant suite aux agressions commises par les factions Serbes sur les forces des Nations Unies en Bosnie Herzégovine fin 1995, c'est un mandat de l'OTAN qui s'installe dans cette ancienne province Yougoslave, sous l'appellation de IFOR pour (peace) Implémentation Force, soir Force de mise en oeuvre (de la paix). La division multinationale sud-est DMNSE, sous commandement français, s'installe sur le secteur de Mostar. Une prévôté de circonstance est mise sur pied, comprenant un groupe de commandement à Mostar au siège de la division, une brigade prévôtale d'investigations (BPI) et un peloton prévôtal de surveillance et d'intervention (PPSI) également à Mostar et un second peloton à Sarajevo. Le mandat IFOR est prévu pour 12 mois. Il sera suivi du mandat de la SFOR pour Stabilisation Force.
Le premier contingent de gendarmes se met en place dès le début janvier 1996, regroupant les prévôts français de l'ancienne UNPROFOR (United Nations Protection Force) et une première relève arrivant de France. Pour ma part, je pose pied sur ce théâtre (vous retrouverez ce terme) le 16 avril 1996 et suis affecté directement à la BPI de Mostar. Mon séjour est fixé à 6 mois.
" />
L'identification de mon unité me tient à coeur! Je fabrique avec les moyens du bord une enseigne que nous fixons fièrement à l'entrée des "corimec" (marque des préfabriqués empilables qui servent à tout ici).
Les missions sont, bien évidemment, celles dévolues en principe à toute unité de "police militaire", à savoir le contrôle de la circulation militaire et le respect des règlements. Cependant, LA mission principale était le renseignement tous azimuts (ambiance , économie, activités des différentes factions, etc...). Des patrouilles sont assurées tous les jours, en dehors du camp, avec des interprètes affectés à nos unités.
Nous disposons d'un parc de VLTT Peugeot P4, d'un TRM2000 et d'un VBL Panhard. Pour ce dernier véhicule (blindé léger) il nous faudra tous obtenir notre capacité au pilotage de cet engin après une formation. Ces véhicules sont tous fournis par l'armée de terre et ne comporte qu'un marquage au pochoir "gendarmerie". Nous recevrons les premiers gyrophare 6 mois après le début du mandat.

Un peugeot P4 de la BPI

Le VBL avec les Peugeot P4 du PPSI de Sarajevo, reconnaissables à leur pare soleil "Gendarmerie". Ces auto-collants ont été fabriqués par un professionnel, en France, à la demande d'un des prévôts qui le connaissait.

" />
Le second Peugeot P4 de la BPI est quant à lui bien identifiable. Rescapé de l'UNPROFOR, il porte encore les mentions "MILITARY POLICE" et est resté de couleur blanche. Sur ce théâtre se côtoient d'ailleurs les camouflages centre-Europe et Désert, ainsi que les anciens véhicules blancs de la période UN.
La suite au prochain épisode!
Cordialement
Le Criquet
avatar
le criquet

Messages : 248
Date d'inscription : 03/11/2015
Age : 56
Localisation : Poitou

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: PPSI Mostar 1996

Message par GARNISON36 le Jeu 19 Nov - 22:41

Je les connais aussi ces photos, mon cher Criquet.
ton cher Crimo

GARNISON36

Messages : 213
Date d'inscription : 03/11/2015
Localisation : CENTRE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: PPSI Mostar 1996

Message par le criquet le Dim 22 Nov - 19:29

Bonsoir.
Outre les missions traditionnelles de la gendarmerie, les prévôts de Mostar et Sarajevo assurent aussi le "colisage". Las des rapports des Douanes Françaises pour diverses infractions à l'importation illicite de tabac, alcool et autres denrées interdites ou pour lesquelles une déclaration est obligatoire, le commandant de la Division a édicté des règles strictes : aucun colis de peut être envoyé en France via la Poste aux Armées, sans avoir été vérifié par la Prévôté. Ainsi, a date fixe, la bureau du PPSI se transforme en contrôle douanier et accueille tous les militaires français désireux d'envoyer un colis. Celui est vidé de son contenu qui est contrôlé, puis tout est remis en carton  et scellé pour remise au bureau de la Poste aux Armées. Je me souviens avoir accueilli la "clientèle" en enfilant une paire de gants en latex (quelque peu souillés) et en criant "suivant!". Les plus jeunes ont eu un moment d'hésitation mais les vieux briscards ont tout suite éclaté de rires!
De même, à chaque relève, les bagages des militaires étaient inspectés. Dans un grand hall, chacun étalait son paquetage sur une couverture. Me croirez-vous si je vous dis n'avoir jamais eu le moindre ennui avec la troupe? Cela se terminait en souhaitant à chacun un bon retour dans ses foyers. Par contre, certains militaires de haut rang essayèrent de passer à travers les mailles..... sans y parvenir, comme la cantine d'un officier supérieur présentée cadenassée et sans clef...... L'on m'assure bien évidemment que tout est en ordre. Je réponds bien évidemment, que je dois vérifier. On me fait remarquer le nom et le grade inscrit sur la malle. Je fais remarquer que je peux la faire ouvrir sans clef ou la laisser sur le tarmac. Elle fut ouverte, après un aller retour dans le cantonnement de son propriétaire. Tout était, évidemment, en ordre.
Ce service était à tel point connu de tous (même si, très certainement, certains ont réussi à nous leurrer) qu'un fût de 200 litres vide avait été mis en place en "zone neutre" et tout le monde pouvait se débarrasser dans cet ustensile de tout ce qui était interdit au retour vers la France. Il faut dire que certains ont essayé de ramener des lances roquettes, des munitions diverses, des armes en tous genres (les salles de tradition des régiments devaient être sur-dimensionnées) et même, une jeep Iltis provenant d'un stock de réforme de l'UN!!! Pour les caisses techniques et les caisses d'allègement, nous posions des plombs grâce à une pince spéciale imprimant la grenage gendarmerie.
" />
La pince à plomber en usage dans les brigades prévôtales.
" />
Détail de l'empreinte qui s'imprimait dans la pastille de plomb qui scellait les câbles métalliques fermant un colis.

A bientôt
Le Crique
avatar
le criquet

Messages : 248
Date d'inscription : 03/11/2015
Age : 56
Localisation : Poitou

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: PPSI Mostar 1996

Message par le criquet le Mer 25 Nov - 22:57

Bonsoir.
Une date à préciser, car je n'en ai pas gardé un souvenir impérissable, les deux pelotons prévôtaux - Mostar et Sarajevo - changent d'appellation : de PPSI, on passe à PGSI pour peloton de Gendarmerie de surveillance et d'intervention. Il me semble que c'est à l'automne ou l'hiver 1996. Mais ne vous étonnez donc pas de trouver deux acronymes différents en faisant des recherches sur cette période.

Pour préciser un peu le dispositif de la gendarmerie sur le Théâtre de l'ex-Yougoslavie, en dehors de ces unités PPSI et BPI, chaque grande unité de l'Armée de Terre possède une brigade prévôtale qui lui est attachée. En règle générale, on trouve deux sous-officiers pour l'équivalent d'un bataillon. Sur le secteur de Mostar, par exemple, le RCS (régiment commandement et soutien) a deux prévôts, comme le bataillon d'artillerie (Au F1). Ces brigades n'ont vocation à traiter que les procédures impliquant des militaires de leur unité de rattachement. A contrario, les PPSI et la BPI ont compétence sur l'ensemble des forces françaises du théâtre et, le cas échéant, sur sur des contingents étrangers de la DMNSE dépourvus de police militaire. Les prévôts de bataillon comme on les nomme communément font d'ailleurs appel aux PPSI et à la BPI pour renforcer leur action ou pour venir en substitution s'ils sont déjà engagés ailleurs.

Les missions de la prévôté sont mal connues de nos camarades des armées qui se méfient de Pandore, même lorsqu'il est en treillis camouflé! Il a fallu expliquer et prouver bien des fois que les prévôts n'étaient pas là pour "planter du troufion". Souvent, au contraire, le PV du prévôt permet de mettre hors de cause nos ressortissants, évitant ainsi le paiement d'indemnités très recherchées. C'était notamment le cas dans les accidents de la circulation. Une vieille voiture écrasée par un camion militaire pouvait être une source de revenus non négligeable.

A bientôt
Le Criquet



avatar
le criquet

Messages : 248
Date d'inscription : 03/11/2015
Age : 56
Localisation : Poitou

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aptg.fr

Revenir en haut Aller en bas

Insignes ( Mostar)

Message par Konstanz le Ven 27 Nov - 17:53



Bonjour

je me permet de mettre quelques insignes qui doivent faire parti de cette période.




Cordt Konstanz

Konstanz

Messages : 177
Date d'inscription : 04/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: PPSI Mostar 1996

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum